La déception d’un franc-maçon à mon endroit

Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant, ce matin, dans ma boîte mail, le message d’un initié franc-maçon, transmis en pleine nuit par l’intermédiaire du formulaire de contact de mon site.

Comme vous pourrez le découvrir par vous-même en lisant ce message que j’ai reproduit tel quel juste ci-dessous (en masquant seulement son prénom pour lui garantir l’anonymat), ce monsieur m’a connu grâce à ma vidéo-podcast Un grand complot contre l’humanité, qu’il a visiblement dû apprécier puisque il dit avoir adhéré à 100% de son contenu.

En revanche, le fait d’avoir découvert que je faisais commerce de ce qui, selon lui, ne devrait jamais l’être, l’a notablement déçu, et je suis à peu près sûr qu’il fait allusion ici à ce qui relève de la « spiritualité » dans ma démarche et donc aussi et surtout aux outils et aux connaissances que je propose dans ce contexte. 

Voici son message : 

Bonjour Mr Burri;
Je m'appelle ****** et ai été initié en Franc-maçonnerie il y a un certain nombre d'années déjà, au sein de l'unique obédience régulière française[1]; Adhérant à 100% à ce qui est exprimé dans la vidéo intitulée « Le grand complot contre l'humanité », pour laquelle vous avez prêté votre voix et dont vous avez, semble-t-il, écrit le texte, j'ai voulu en savoir plus sur votre personne; Je voulais simplement vous dire que l'inconnu que je suis pour vous et qui le restera a été notablement déçu par le fait que, comme beaucoup d'autres, vous faisiez commerce de ce qui ne devrait pourtant jamais l'être; En vous priant de bien vouloir ne trouver aucune agressivité dans cette remarque mais uniquement, je le répète, l'expression d'une grande déception.

[1] Il s’agit de la Grande loge nationale de France.

Mon but n’est pas de porter un jugement sur la nature de son message et la forme de moralisation que l’on peut y déceler. Chacun porte l’entière responsabilité de ses propos et des jugements qu’il profère sur ce qui est bien et ce qui est mal en ce bas monde. Mon but n’est pas non plus de me justifier car je pars du principe que vous êtes suffisamment grands et intelligents pour vous faire votre propre opinion.

Ce que je trouve vraiment intéressant, en revanche, c’est qu’une nouvelle fois les circonstances ont voulues que je me retrouve face à cette question de l’argent qui n’est de toute évidence toujours pas résolue chez moi, pour peut-être la régler une bonne fois pour toute en définissant le positionnement qui s’avère le plus en phase avec ce que je ressens vraiment au fond de moi.

L’adresse email qu’il a indiquée dans le formulaire de contact de mon site n’étant pas valide, la réponse que je lui ai adressée ce matin est venue en retour, et je ne pourrai donc pas avoir d’échange ouvert avec lui. Le fait qu’il ait clairement mentionné qu’il resterait un « inconnu » pourrait me porter à penser qu’il a volontairement indiqué une fausse adresse email pour m’empêcher de le contacter.

Qu’importe ! Je vous partage cette réponse qui, je l’espère, vous permettra de mieux saisir la nature de ce dilemme face à l’argent.

Si, à l’heure où j’écris ces quelques lignes, la solution ne m’est pas encore apparue, je vais continuer d’y réfléchir pour enfin trouver ce juste positionnement pour moi. Affaire à suivre…

Cher Monsieur,

J'ai bien reçu votre message et vous remercie pour votre franchise.

Dans un premier temps, j'ai bien sûr été ravi d'apprendre qu'un initié franc-maçon pouvait adhérer au contenu de ce cette vidéo, car si je sais que ce milieu a été infiltré par des gens peu scrupuleux (non pour être franc-maçon moi-même, mais pour avoir des amis de confiance qui en font partie), je sais aussi très bien qu'il y en a des "vrais", c'est-à-dire des individus qui œuvrent véritablement et sincèrement pour faire naître l'Homme Nouveau, en eux-mêmes comme dans le collectif.

En revanche, votre déception, que je comprends tout à fait, est venue me bousculer, car elle a appuyé sur un point sensible que je n'ai toujours pas résolu à ce jour. Il y a en effet une part de moi-même qui n'est pas en accord avec le fait de faire un commerce avec la spiritualité (l'épisode de la colère de Jésus contre les marchands du temple revient souvent me hanter, voyez-vous...), alors qu'une autre part de moi-même se dit que c'est légitime de pouvoir vivre dignement de sa passion et que... tout travail mérite salaire !...

Cela fait plusieurs années que je vis une sorte de conflit interne par rapport à cette question sensible de l'argent et que je cherche à ménager la chèvre et le chou en trouvant un juste milieu. C'est la raison pour laquelle j'offre mes services en laissant la liberté à la personne de verser ce qu'elle peut en fonction de son pouvoir d'achat. Cependant, je suis aussi conscient que ça reste une forme de "commerce" malgré tout et cette part de moi-même qui considère la spiritualité comme sacrée ne sera par conséquent jamais totalement en paix avec cette manière de procéder.

Votre message vient donc à nouveau mettre le doigt sur ce point sensible et m'invite à envisager à nouveau la possibilité d'un renoncement total face à cette question de l'argent. Car en effet, ce que je propose est tout de même en lien avec l'Éveil spirituel, et tous les Maîtres authentiques ont toujours dispensé leurs enseignements de façon totalement gratuite et désintéressée. Si je ne prétends absolument pas en être un, je me dois cependant de suivre leur exemple si je veux être totalement cohérent avec moi-même et la voie que j'ai choisie de suivre et de partager.

La question se pose toutefois de savoir comment vivre dans ce monde occidental en choisissant une telle voie, sans avoir à travailler dans un domaine qui ne me correspond pas (et je dois dire que depuis mon burn out, ma marge de manœuvre s'est considérablement réduite à ce niveau). Il n'est tout de même pas aussi facile pour un occidental d'adopter le mode de vie d'un sâdhu ou d'un sannyâsin, vous en conviendrez. Et l'idée de peser sur la société en requérant l'aide sociale n'est pas quelque chose que je pourrais envisager avec sérénité, très honnêtement. Alors que faire ? Dois-je m'en remettre totalement à Dieu en sachant que si je donne sans compter tout en ayant foi que je ne manquerai jamais de rien, je pourrai effectivement continuer à partager ma passion pour la quête spirituelle sans rien demander en retour ? Et saurais-je être suffisamment désintéressé pour effectivement recevoir ce dont j'ai besoin sans même avoir à le demander ou à l'espérer ?

Comme je vous l'ai dit, retourner travailler dans un domaine qui ne me correspond pas est pour moi difficile à concevoir compte tenu de la sensibilité qui est désormais la mienne. Ma capacité au renoncement et au sacrifice (au sens de "rendre sacré") n'est à ce stade pas assez grande pour que je puisse envisager cette possibilité sans en ressentir une forme d'angoisse.

Je respecte bien sûr votre choix de rester un "inconnu" à mes yeux, mais j'aimerais néanmoins beaucoup avoir votre point de vue sur cette, disons,... problématique... à laquelle je fais face.

Merci pour votre attention.
Cordialement,
Frédéric Burri

Cet article a 9 commentaires

  1. Melchior

    Pour moi, ce genre de commentaires c’est lié à des pratiques très anciennes qui labelisent certaines choses comme profanes et d’autre comme sacrée.

    Mon expérience me montre que rien n’est profane sauf l’utilisation que l’on en fait.

    Si cest une question de commerce, l’échange d’énergie qui se passe entre l’élève et le maître est également une forme de commerce.

    Pour ma part, étant aussi dans ce domaine, je transmets tout gratuitement, et les gens font des dons. Alors que l’on voit ceci comme une donation
    Ou que tu demandes payer en fonction de votre capacité financière, c’est exactement la même chose.
    C’est une manière de présenter les choses différemment.
    Tant que la porte est ouverte à chacun, où est le problème ?

    Que tu reçoives quelque chose ?
    Mais lorsque tu ouvres ton coeur au Divin, n’est tu pas aussi entrain de recevoir ?
    Faut-il alors renoncer à toute forme de retour ?

    La nature ne raisonne pas ainsi, il y a un échange et un équilibre constant entre donner et recevoir.

    Et si cette Loi ne se manifeste pas sur tous les plans, aussi bien spirituel que matériel, alors nous sommes a mon avis encore dans une forme de dualité où ceci est bon et ceci est mauvais.

  2. Landais

    Bonjour Frédéric
    D’abord un grand merci pour la formation 21 jours pleine conscience 🙏 qui m’a guéri d’un mental devenu sur-actif ! Une forme de paix et de retour à soi salvateur 💜 et justement le coût de cette formation  » à la carte  » m’a permis de l’aborder sans culpabilité et surtout en conscience que je rémunère un travail effectué par vos soins mais en aucun cas mon éveil spirituel qui, lui, ne dépend que de moi !
    Alors s’il vous plaît continuez à dispenser vos séances d’éveil , chacun donnera honnêtement ce qu’il peut ( je le pense en tout cas ) car la vie a besoin de vous aujourd’hui comme guide et non comme salarié d’une entreprise !!! vous êtes précieux à beaucoup de monde et je vous suis depuis au moins 7 ans
    Merci encore Frédéric 🙏💜🙏

  3. Linaelle

    Non mais il est gonflé celui là ! :-)) Avec tout ce que vous partagez gratuitement sur youtube…. Oui ,vous êtes pleinement en droit à côté de ça de faire des stages payants pour ceux qui le peuvent, ce n’est pas mon cas malheureusement, mais je ne vous remercierais jamais assez pour m’avoir, nous avoir, enseigné la méditation en pleine conscience, c’est avec vous que j’ai vraiment compris le sens de la méditation. Alors non ne vous posez plus de questions sur le fait de gagner de l’argent avec ça… Vous donnez tellement à côté tous les lundis et jeudis ! Et quand les choses sont faites avec le cœur, il n’y a pas de question à se poser, encore merci pour tout vos précieux conseils

  4. Laurent

    Même si je suis plutôt de l’avis de ce monsieur d’une manière générale, je conçois tout-à-fait la légitimité de gagner de l’argent en partageant sa passion.

    Quelques une de mes considérations : L’idée de laisser le choix d’un montant à verser en fonction de ce que la personne pense est une excellente idée (franchement, j’y ai levé mon chapeau). Mais alors, il faut vraiment le faire et ne pas préciser (par exemple) ce que vous-même pensez être la somme juste car je vois cela comme une tentative d’influence, ce qui peut culpabiliser ou survaloriser la personne en fonction de son choix. Et cela ne me semble pas être juste de la part d’un enseignant.
    Il y aussi la tentative récente de monnayer les méditations gratuites en live, que je trouve un peu limite. Soit c’est offert gratuitement, soit ça ne l’est pas. Surtout que vous précisez ne mettre en vente que les méditations, sans les propos qui les encadrent alors qu’elles se ressemblent beaucoup et que ce sont justement les propos qui les encadrent qui, par ce qu’ils apportent de plus (et c’est un vrai plus), pourraient justifier une facturation !
    Néanmoins, le fait que vous continuiez à offrir les lives heu… bah… en live, compense le passage vers une option payante pour les lives heu… bah… en replay, du coup ! ^^. Après tout, on peut toujours y participer sans frais avec le direct, alors bon…
    Mais pas facile de se positionner effectivement.

    Il ne s’agit pas non plus d’adopter le mode de vie d’un sâdhu ou d’un sannyâsin, bien sûr. Mais ces personnes-là vivent des offrandes et des dons qu’on leur fait (à eux-mêmes ou directement aux monastères ou aux ashrams dont ils dépendent si c’est le cas).
    Bien sûr, en occident la mentalité est différente et ce n’est pas, chez nous, un devoir de subvenir aux besoins de ceux qui apportent la sagesse dans ce monde, mais il faut reconnaitre que le don libre s’est largement démocratisé sur les plateformes web et que cela peut être une solution. Surtout si vous organisez régulièrement et en parallèle des retraites et des stages (pas facile en ce moment, j’en conviens, mais ce n’est pas facile pour beaucoup de personnes…)
    Maintenant, je ne me rends pas compte des revenus que l’on peut obtenir à travers le don libre. Je constate juste qu’il y a de plus en plus de ces propositions. Ca doit sans doute faire un plus quand même…

    Mais, sincèrement, je vais peut-être dire une bêtise, mais moi, je vous suis depuis plusieurs années maintenant (j’ai connu l’époque où vous étiez Elan Sarro ^^ – la méditation OM en continu, ça vous rappelle quelque chose ? ^^) et, du fait de la profondeur de vos partages, de l’investissement que vous y mettez, de la sincérité et de l’honnêteté dont vous faites preuve, comment concevoir que l’univers ne vous donnera pas les moyens de poursuivre votre voie ? Ne l’a-t-il pas fait jusqu’à ce jour ?

    Bien sûr, j’ai participé financièrement à vos offres. J’ai acheté des méditations guidées à l’ouverture de votre première plateforme de ce type d’échange et j’ai récemment adhéré au programme de formation à la pleine conscience (plus pour vous soutenir qu’autre chose d’ailleurs car je connais bien le sujet). Ce qui, grosso modo, m’a fait contribuer à votre vie financière à hauteur d’une centaine d’euros. Avouons que c’est quand même très peu depuis toutes ses années. Je veux dire que je doute que, jusqu’à ce jour, vos essais commerciaux en ligne vous permettent de vivre (mais peut-être que je me trompe).
    Alors je ne vois pas le problème qu’il y aurait à bénéficier des aides sociales ! Vous ne le ferez pas dans l’idée d’exploiter le système (qui vous le propose et bien des gens se sont battus et se battent encore pour ça), mais dans l’espoir de trouver la solution qui vous permettra de faire sans !! Alors c’est légitime, en attendant !!

    Bref, je n’ai bien sûr pas la solution et suis admiratif du courage qu’il vous a fallu pour faire les choix de vie que vous avez fait jusqu’à maintenant. Je me permets juste de vous donner mon avis, puisque vous le demandez, mais je ne porterai aucun jugement sur vos choix passés et à venir. Votre vie vous appartient. Vos choix sont les vôtres et vous les faites pour vos raisons qui, bien sûr, ne peuvent être que les meilleures au moment où elles se présentent. On peut être d’accord ou pas d’accord, mais pourquoi vous en soucier, vous, de notre avis ? 3 personnes, 3 avis différents !
    Et si ça ne plait pas à un soi-disant franc-maçon mystérieux qui n’assume pas ses propos, et bien tant pis pour lui, après tout !

    Pour conclure, je vous dirai qu’il n’y a sans doute pas de solution miracle et que peut-être pour vous, s’agit-il simplement de mettre en place ce qui se présente à vous le temps qu’autre chose arrive et ainsi de suite… N’est-ce pas d’ailleurs la manière dont vous procédez habituellement ? Pourquoi changer ? Faites-vous confiance !
    S’il y a une solution pérenne, elle arrivera dans votre lâcher-prise ! Et vous le savez ! 😉

    Très cordialement,
    laurent

  5. Callens

    Bonjour Frédéric

    Dans l’évangile de St Luc, il est écrit que « l’ouvrier a droit à son salaire ».

    Jésus ne multipliait pas les galettes tous les jours, ce fut exceptionnel.
    Pour l’essentiel, Lui et ses disciples, qui étaient parfois au nombre de 100, vivaient de dons.

    Que votre cœur se rassure, tout est juste.
    Amicalement.

    Sandrine

  6. Irène

    Un véritable initié ne dira jamais qu’il est initié, ou alors c’est une initiation qui n’a rien à voir avoir la profonde spiritualité, mais plutôt avec l’acquisition de connaissances ésotériques.

    Ne dit-on pas que, sur le sentier spirituel, le pouvoir que convoitera un disciple est de « paraître comme rien aux yeux des autres » ?

    Bien sûr, la spiritualité ne se monnaye pas, puisqu’elle appartient à l’humanité tout entière. Mais Frédéric donne tout son travail sans compter – pour l’instant il a besoin de vivre et de manger comme tout le monde, et ce qu’il fait informatiquement lui coûte pas mal d’argent. Il faudrait revenir au temps du troc, de l’échange, mais notre société est encore très loin de cela. De toute façon, son but n’est pas de faire des bénéfices ou du commerce.

    Frédéric est sur un chemin spirituel et progresse doucement en entraînant beaucoup d’autres – il donne beaucoup.

    Et on pourrait dire, qu’il est pratiquement certain, que de véritables initiés suivent son travail.

  7. Brigitte CAROL

    Bonjour Frédéric.
    Après ces commentaires, dont certains sont emprunts de belles et nobles pensées, je vais être très pragmatique devant le discours du Frère Trois Poings (Comment ça, j’ai fait une faute d’orthographe ?).
    Bien sûr qu’il convient de transmettre gratuitement les nobles pratiques concernant la spiritualité et son enseignement, si :
    1) tu as en parallèle une activité lucrative qui te permet d’assumer la vie matérielle, comme ton ancienne activité, la spiritualité n’étant pour toi qu’un passe-temps;
    2) tu sors du supermarché, de la boutique de vêtements, du garage, de chez le dentiste ou le coiffeur ( l’exemple n’est peut-être pas le meilleur ! ) en faisant simplement un beau sourire en disant « merci »;
    3) tu te fais entretenir par une personne très riche ( veinard! ).
    Rien de tout cela ? Non ? Vraiment ?
    Tant que tu n’es pas un pur esprit – rassure-toi, cela viendra – accepte sans état d’âme de recevoir une rémunération pour ce que tu proposes.
    Mon choix est de l’accepter ou non, et si je suis opposée à ces méthodes, je tourne la page.
    Je ne suis d’ailleurs pas pour – je n’ose écrire que je suis contre – le système de don volontaire et libre, né d’une généreuse intention, mais qui, pour moi, ne respecte pas suffisamment ton travail, dans ce monde d’assistés qui est le nôtre.
    Tu ne fais pas ce que tu fais pour de l’argent ; c’est l’argent qui te permet de faire ce que tu fais.
    L’argent est aussi une énergie…
    Alors laisse les donneurs de leçons hurler avec les loups.
    Il est temps de clore la Tenue et de passer aux agapes, mon Frère.
    Bien évidemment, A.L.G.D.G.A.D.L.U.
    Bien à toi,
    Brigitte.

  8. Michèle Delarue

    Est-ce qu’il ne s’agit pas là simplement d’un point de vue, d’une façon de regarder les choses; la spiritualité et ses enseignements universels ne se commercent sans doute pas en tant que telle; toutefois, le travail de recherche, de structuration, de synthèse, mais aussi de transmetteur et d’éclaireur, ainsi que le temps passé, les formations personnelles, etc, sont peut-être bien légitimement rétribuables, tant que nous sommes contraints à un fonctionnement collectif marchand, avec des factures et des charges…. (?)

  9. Christophe

    Je partage ton point de vue que tant que l’on fait ce qui est juste pour l’unité, on ne sera jamais riche (financièrement) mais on ne manquera de rien non plus.

    A mon sens, l’idéal est que toutes tes prestations soient gratuites, ouvertes à tous ceux qui en auront le besoin, l’élan.
    L’argent dans notre société est générée par une bande de vipères, c’est un venin mortel. Je pense que pour contrebalancer cette énergie il faut la manier avec une énergie d’Amour pur.
    Je pense qu’il est bon que les gens sachent qu’ils peuvent faire un don (monétaire ou autre) uniquement si leur cœur le leur dicte. En restant dans cette énergie l’unité saura t’amener tout ce dont tu auras besoin pour être heureux, et surtout, tu auras résolu ce dilemme face à l’argent, devenant alors encore plus à même d’être bon et juste pour l’humanité.

Laisser un commentaire