Le grand complot contre l’humanité

Il y a deux erreurs fondamentales à ne pas commettre au sujet des complots. La première, c’est de rejeter en bloc l’idée qu’ils existent ; la seconde, c’est d’imaginer qu’ils sont systématiquement à l’origine de tout ce qui nous arrive. Il convient donc d’éviter les extrêmes, comme en toute chose, et de chercher premièrement le juste milieu et son équilibre.

C’est ce que nous allons faire avec cet article, en démontrant les illusions qui existent de part et d’autre. Appuyons-nous pour cela sur l’allégorie de la caverne de Platon. Cette métaphore, d’une grande profondeur, met en scène des prisonniers enchaînés au fond d’une caverne, captivés par des ombres créées de toutes pièces par des personnages occultes, que nous appellerons les « marionnettistes ».

Source : inconnu

Des chaînes et une prison mentales

La quasi-totalité des êtres humains en cette fin de cycle sont semblables à ces prisonniers de la caverne de Platon. Leurs chaînes, tout comme leur prison, ne sont pas physiques, elles sont mentales ! Comme hypnotisés, ils se laissent captiver par les ombres projetées sur le mur de la caverne. Elles les captivent au point de leur faire perdre de vue le sens des réalités, détournant leur attention de ce qui leur permettrait de se rendre libres de leurs chaînes et de sortir de la caverne pour s’éveiller et connaître la Réalité ultime, la Lumière intelligible, celle de la dimension spirituelle, transcendante, de leur Être.

L’allégorie de la caverne, exposée par Platon il y a 2400 ans, présente une symbolique intemporelle, dont nous pouvons par conséquent nous servir pour comprendre comment notre monde actuel fonctionne. Ces ombres sont autant d’illusions projetées sur le mental collectif de l’humanité ; elles y prennent la forme de schémas mentaux et émotionnels, autant de conditionnements psychologiques induits, suggérés par les marionnettistes.

Ceux qui conspirent contre l’humanité

Parmi la population mondiale, ces marionnettistes sont minoritaires, mais leur petit nombre est inversement proportionnel à leur capacité à nuire à la vie sous toutes ses formes. Nous les retrouvons à tous les échelons de la société, mais leur concentration est la plus forte dans les plus hauts degrés de la pyramide du pouvoir. Ils sont aux commandes de toutes les infrastructures du « Système », les organisations mondiales et nationales, les ONG, les institutions financières, politiques, médiatiques, les grandes multinationales, l’industrie du divertissement ; même les religions traditionnelles et les organisations initiatiques ont été infiltrées et perverties par ces individus sans foi ni loi.

Ces marionnettistes qui sont aux commandes de notre civilisation depuis des siècles, les psychologues les appellent aujourd’hui des « psychopathes », des « psychotiques sans symptômes », ou encore des « pervers narcissiques ». Si tout un chacun peut avoir des traits de caractère pervers qui s’expriment à certains moments, en ce qui les concerne, cette structure psychique est accomplie, cristallisée et, de ce fait, permanente, irréversible, de sorte qu’il leur soit impossible d’échapper à leur propre condition[1].

Ces individus n’ont pas de religion et nient toute possibilité de transcendance. Ils ne croient en rien d’autres qu’en leur propre individualité, dont ils cherchent l’immortalité en en développant les capacités par tous les moyens. Car à leurs yeux, les Dieux, ce sont eux !… Ils vont même jusqu’à se considérer comme une race à part, génétiquement supérieure à l’humanité. Avides de pouvoir, ils ne se soucient nullement du sort d’autrui qu’ils utilisent pour leur propre intérêt. Leur objectif est de protéger leurs arrières, assurer leur position dominante, défendre leurs intérêts et conserver leurs privilèges de caste. Ils sont prêts à tout pour parvenir à leur fin, celle-ci justifiant toujours les moyens pour eux.

Partageant ce profil psychologique particulier, ils se reconnaissent entre eux et s’allient les uns aux autres pour affermir leur position dominante. Pour cela, ils fomentent des conspirations, destinées à maintenir le reste de l’humanité dans l’illusion et, osons le dire, en esclavage. Étant largement inférieurs en nombre, manipuler la masse des êtres humains en orientant leurs pensées et leurs actes, est le seul moyen d’y parvenir, travestissant pour cela leur volonté d’asservissement en système démocratique.

Les complots ont toujours existé

Parler de complot contre l’humanité n’est pas infondé, car ces individus atteints de psychopathie sont menteurs, calculateurs et manipulateurs par nature. Platon, dans son allégorie de la caverne, a clairement montré le rôle qui est le leur, celui de maintenir les prisonniers dans l’illusion en les conditionnant mentalement.

Dès lors, Platon, le grand Sage de l’antiquité grecque, était-il un adepte de la théorie du complot avant l’heure ? Assurément, comme tout philosophe qui sait voir au-delà des apparences trompeuses, car l’existence des « comploteurs », soit ceux qui conspirent, est une réalité en ce monde, depuis des millénaires. Ils ont toujours existé et cette fin de cycle est sans doute celle où leur emprise est la plus forte, contrairement à ce que leurs serviteurs les plus zélés tentent de nous faire croire en tournant au ridicule les « conspirationnistes ».

Mais dans ce grand jeu de dupes, la réalité est plus complexe qu’il n’y paraît, car il n’y a pas d’un côté les méchants « agents du système » qui tentent de cacher la réalité aux masses hébétées et, de l’autre, les gentils complotistes qui disent la vérité.

L’illusion des complotistes

Si les complots existent bel et bien, il faut toutefois considérer que la plupart des complotistes, bien qu’ils soient conscients des manipulations dont le peuple fait l’objet, sont encore et toujours dans l’illusion, manipulés par les marionnettistes dont ils connaissent pourtant l’existence. Bien sûr, la manipulation dont ils font l’objet n’est pas aussi grossière que celle qui touche ceux qui croient encore naïvement que les médias et les gouvernements leurs disent la vérité pour leur plus grand bien. En vérité, c’est une manipulation beaucoup plus subtile dont les complotistes sont victimes, et dont très peu seulement ont réellement conscience.

Leur illusion est la suivante : contrairement au philosophe qui a conscience de la réalité de notre monde, eux dilapident vainement leur énergie à dénoncer et à combattre ces ombres projetées sur le mur de la caverne. Ce faisant, ils continuent de manquer la cible et ne se rendent absolument pas compte qu’ils sont encore et toujours prisonniers de la caverne et des marionnettistes.

Dans ce contexte, il faut faire preuve de discernement et être vigilant par rapport à soi-même, car le mental peut facilement tordre la réalité pour la faire correspondre à sa vérité, pour valider son système de croyances et renforcer ainsi la structure identitaire qu’il s’est forgée. À ce petit jeu-là, il saura toujours voir les signes qui l’arrangent, décontextualiser les faits en les extrapolant et en les interprétant de manière à les rendre conformes à sa vision du monde. Dans les cas les plus extrêmes, cela peut relever de la psychiatrie, avec délires de persécution et psychoses. Point besoin cependant d’aller aussi loin dans le trouble mental pour être pris dans les mailles de l’illusion, en se croyant pourtant perspicace et lucide. Comme l’a dit Goethe : « il n’est pire esclave que celui qui se croit libre sans l’être ».

Disperser l’attention et manquer la cible

Pour comprendre en quoi les marionnettistes parviennent à manipuler tant les individus indignés et révoltés que la masse des gens encore endormis et soumis au Système, il faut s’intéresser à la ressource fondamentale de l’être humain, qui est l’attention de la conscience.

Prenons un exemple concret avec deux individus. Le premier met son attention pendant des heures sur les médias, tant mainstream qu’alternatifs. Il regarde des vidéos, des documentaires décryptant les complots et l’actualité, les manipulations, les problèmes de notre monde, etc. Il disperse sa précieuse attention sur ce flux ininterrompu d’informations, dissocié du moment présent, dans un état d’absorption hypnotique. Le second individu est un philosophe qui aspire à devenir un Sage authentique et concentre tous ses efforts et son attention pour réaliser ce noble objectif ; il a conscience du caractère futile de cette déferlante d’informations et renonce par conséquent à y consacrer la moindre attention. Sa précieuse attention, il préfère la concentrer sur le moment présent, cherchant à le rendre le plus harmonieux possible, en prenant soin de lui et des autres, de la nature, de façon désintéressée, par amour pour le Vivant qu’il honore ainsi, sous toutes ses formes. Son attention étant concentrée sur ce qui est utile, il s’éveille spirituellement dans la quiétude, l’amour, la joie et le détachement.

Nos deux individus ont tous les deux orienté leur attention pendant ce laps de temps, mais dans des directions radicalement différentes, et avec des conséquences totalement différentes également. L’attention du premier individu l’a placé dans de basses vibrations, alors que celle du philosophe l’a élevé dans de très hautes vibrations. C’est ce qui les distingue l’un de l’autre, car les vibrations qu’ils émettent ont un impact diamétralement opposé, tant sur leur réalité intérieure que sur le monde extérieur. Sans le savoir, le premier individu a servi par défaut les intérêts des marionnettistes, renforçant leur emprise en ce monde, alors que le second leur a fait perdre toute emprise sur lui tout en faisant efficacement contre-poids à leur pouvoir, sans même avoir sorti les armes pour les combattre.

« Le temps de cerveau humain disponible »

Comprenez bien que tout, absolument tout se joue au niveau de l’attention, cette précieuse attention qui est la plus inestimable ressource de l’être humain. Cela, les marionnettistes le savent pertinemment ; ils savent que c’est la maîtrise de l’attention dirigée de façon juste, utile, qui peut rendre l’esclave libre de ses chaînes. Il leur faut donc captiver son attention, ce « temps de cerveau humain disponible », pour reprendre l’expression d’un ancien PDG de TF1. L’attention de la conscience humaine, il leur faut en effet la capter, la posséder, la canaliser, dans une direction opposée à tout ce qui pourrait participer à son éveil, à sa libération spirituelle. Là est la stratégie des marionnettistes, simple mais diablement efficace. 

© Kevin Carden - Adobe stock
© Kevin Carden - Adobe stock

Ainsi, l’allégorie de la caverne nous apprend que les complots existent, et que la solution consiste non pas à les déjouer, mais à cesser de manquer la cible en projetant l’attention dans la mauvaise direction. Or, en réalisant que les complots sont réels et en cherchant à en savoir toujours plus à ce sujet, beaucoup d’individus qui seraient potentiellement prêts à sortir de la caverne et à gagner leur libération spirituelle, resserrent sans s’en rendre compte les liens qui les maintiennent captifs. Aussi, en dépensant beaucoup d’énergie à dénoncer les complots qu’ils identifient à tort ou à raison, ils incitent les autres prisonniers à continuer à regarder dans la mauvaise direction eux aussi.

C’est un piège tendu par les « marionnettistes », un piège subtil qui consiste à maintenir l’attention des individus sur l’échiquier où s’affrontent le camp du « bien », celui des complotistes, des lanceurs d’alerte, des dissidents, et le camp du « mal », celui des élites et de leurs serviteurs. En vérité, que l’on ait raison ou tort, que l’on soit dans un camp ou dans l’autre, tant que l’attention est maintenue dans ce grand jeu de dupes, elle n’est pas dirigée là où elle le devrait pour participer véritablement à la libération spirituelle et à l’harmonisation du Vivant. Là est la grande illusion. Pour reprendre les mots de Galadriel dans le prologue du Seigneur des Anneaux : « ils furent tous dupés ! »

La nature du grand complot

C’est ce qui se passent aujourd’hui, tant pour les gens soumis au Système que pour ceux qui voient clair et qui s’indigent en criant aux complots. En effet, tous regardent dans la même direction, en braquant leur attention sur l’épidémie, le vaccin, le terrorisme, les chefs de gouvernement, le réchauffement climatique, les catastrophes naturelles, mais aussi sur les lanceurs d’alerte et leurs révélations plus ou moins fiables, ou encore sur les séries et autres sources de divertissement ; autant d’ombres projetées pour faire diversion et détourner l’attention de l’essentiel. Là est le véritable hold-up des marionnettistes, celui de l’attention de la conscience.

Il est facile de comprendre que si l’attention est maintenue sur toutes ces ombres, eh bien elle n’est pas mise sur ce qui est véritablement utile au Vivant et à l’Éveil spirituel. Voilà, en résumé, la nature du grand complot qui empêche l’humanité de prendre sa destinée en main et de la rendre conforme à ses aspirations profondes.

On rétorquera à tout ceci qu’il faut bien vivre avec son temps, ou que chacun est libre de faire ce qu’il veut de son « temps de cerveau disponible ». Certes, mais alors soyons simplement cohérents avec nous-mêmes. Si nous voulons que les choses changent, alors il faut accepter de renoncer à nos habitudes, efforts à l’appui, en s’engageant dans une dynamique vertueuse et évolutive. Comme nous l’enseignent les Sages depuis des millénaires, celui qui veut sauver le monde doit d’abord se sauver lui-même…

Une conversion pour libérer l’attention

Il y a 2600 ans, le Bouddha l’avait déjà dit : « avec nos pensées, nous créons le monde. » Aujourd’hui, les physiciens quantiques diraient que c’est par notre tonalité intérieure, les vibrations que nous émettons en permanence, que nous créons le monde. Dès lors, quelle tonalité intérieure émettons-nous ? Nos pensées, comme nos émotions, sont-elles déterminées par ce que nous voulons vraiment ou par ce que nous ne voulons pas ?

Nous vivons dans un univers vibratoire et la tonalité intérieure que nous émettons est la clé de notre pouvoir créateur. Si nous voulons un monde d’unité, de paix, d’harmonie, de partages, de respect, de liens fraternels, d’amour, de compassion, de beauté naturelle, d’abondance pour tous, nous nous devons d’en émettre premièrement la vibration en nous-mêmes, en concentrant notre attention sur tout ce qui y participe. C’est là que tout se joue, car l’harmonie, la joie et l’amour ne peuvent se manifester en ce monde si on ne vit pas premièrement ces états en nous-mêmes.

Partant de ce constat, la solution est on ne peut plus simple à comprendre. Par un effort de conversion intérieure, nous détournons notre attention de ce grand théâtre de l’absurde et nous la réorientons sur ce qui importe véritablement pour nous. C’est une métanoïa ! Il s’agit de mettre l’attention sur ce qui fait défaut en ce monde, plutôt que sur ce qui le contamine et le détruit.

La simplicité dans le juste milieu

Nous avons toutes et tous déjà pris le temps de faire ce qui est juste et utile pour nos vies, ou pour celle d’un autre être vivant, de manière entièrement désintéressée, simplement par amour pour la vie, en nous, en l’autre. Et sans doute avons-nous alors constaté le sentiment de bien-être, de sérénité, de gratitude et de confiance qui en a découlé. Eh bien, c’est la simplicité de tels actes, par la tonalité intérieure dans laquelle ils nous placent, qui ont le pouvoir de transformer notre monde !…

La question est donc de savoir ce que nous faisons du temps qui nous est imparti. Nous laissons-nous distraire, divertir, perdant tant et tant d’occasions d’élever nos vibrations dans l’amour, la joie et la paix, ou mettons-nous notre attention sur ce qui y participe vraiment ? Distinguer l’utile de l’inutile, nous savons le faire car nous le sentons en nous-mêmes. Nous sommes capables de discernement et nous n’avons donc pas d’excuses à nous trouver pour chercher la voie du juste milieu.

Une période charnière pour l’humanité

La période que nous vivons actuellement est charnière dans l’histoire de l’humanité. Le plan des marionnettistes est très clair ; ils savent déjà capter l’attention de l’humanité pour la maintenir dans l’illusion, mais ils veulent aller encore plus loin, beaucoup plus loin. Leur plan ultime est d’interdire à l’être humain toute possibilité d’être maître de sa propre conscience. On en prend malheureusement le chemin ; cela se dessine sous nos yeux avec l’intelligence artificielle, déjà bien implantée dans nos vies, et avec l’idéologie transhumaniste qui gagne du terrain.

Il est donc important de comprendre le véritable enjeu de cette « pseudo-élite » : le contrôle total de la conscience humaine, pour rendre impossible l’orientation de l’attention sur autre chose qu’un système de pensée unique, faisant de l’être humain un vulgaire robot préprogrammé. 

Pour quelques années encore, nous avons la possibilité d’être maître de notre propre conscience, grâce à l’effort de concentration de notre attention. Alors, profitons de cet avantage pour faire perdre définitivement la partie aux marionnettistes. Cessons de participer à leur jeu de dupes, avant que le point de non-retour ne soit atteint et qu’il ne soit trop tard. La possibilité de l’éveil spirituel, qui dépend de la concentration de l’attention, est la seule et unique chance de salut de l’humanité. Ici et maintenant, tous autant que nous sommes, nous avons le pouvoir d’inverser la tendance, vibratoirement. Comme le dit l’expression : « les petits ruisseaux font les grandes rivières. » 

Conclusion

En résumé, la question n’est pas de savoir si les complots existent ou pas. De toute évidence, ils existent, et comme dirait l’autre, « nous sommes en guerre », mais pas celle qu’il veut nous faire croire. Cette une guerre mondiale, pas la troisième, mais celle qui dure depuis des siècles, celle qui est menée par les marionnettistes « comploteurs » contre l’humanité et le Vivant. Ce n’est pas une guerre contre un méchant virus, contre le terrorisme ou contre un quelconque axe du mal. C’est une guerre pour s’accaparer la plus précieuse ressource qui soit : l’attention de la conscience, car potentiellement porteuse de toutes les merveilles que ce monde peut voir éclore.

Alors, les choses peuvent véritablement commencer à changer, car en retirant l’attention des ombres projetées par le Système, nous lui retirons de facto notre énergie, énergie que nous mettons sur ce qui est utile. C’est ainsi que le Système peut mourir, sans même avoir dû le combattre. C’est un processus alchimique de transmutation : passer de la dispersion à la concentration, de l’inutile à l’utile, de la peur à l’amour.

La solution : faire ce qui est utile à notre vie, chercher la paix de la conscience, le calme intérieur (équanimité), vibrer la paix, l’harmonie et la joie, se concentrer sur ce qui est utile à notre éveil et à celui des autres. Cultiver le beau, le vrai, le juste. Cherchez la voie du milieu (et tout nous sera donné par surcroît !)…

[1] J’ai longtemps cru que chaque être humain sur cette planète était doté d’une étincelle divine, capable de ce fait de rédemption et d’illumination spirituelle. Mes yeux s’ouvrant de plus en plus sur la réalité de notre monde, j’ai dû me résoudre à l’idée que ces individus n’en étaient pas dotés, et que de ce fait ils ne faisaient pas partie des êtres sensibles, comme vous et moi, tout comme ils n’étaient pas dotés de conscience, ni n’étaient capables non plus de compassion, d’empathie, d’amour sincère et désintéressé. En comprenant les lois qui participent à l’équilibre universel, j’ai dû admettre également que leur influence en ce monde était néanmoins nécessaire, un mal nécessaire si je puis dire, tant et aussi longtemps que l’humanité privilégiera la dualité au détriment de l’unité. Voir à ce sujet l’article « quand faire le bien engendre le mal ».

🎙 Version podcast

J’ai eu l’élan de produire une version PODCAST de cet article pour plusieurs raisons. Premièrement, comme je considère qu’il s’agit d’un message essentiel, j’ai souhaité le rendre accessible à une frange d’internautes qui préfèrent le visuel et l’audio à l’écrit. Deuxièmement, ce format m’a permis d’inclure des passages de films que j’apprécie tout particulièrement parmi les « succès » du box office, et je peux dire que c’est assez rare pour être signalé tant mon esprit est critique par rapport à l’industrie du divertissement (les films en question sont « Le Seigneur des Anneaux » et « Le Hobbit », de Peter Jackson). Enfin, troisièmement, j’avais envie de déployer ma créativité avec ce format particulier qui ne m’était pas vraiment familier jusqu’à présent (et ce fut un réel plaisir, même si cela m’aura pris énormément de temps…). 

Le texte de l’article y a été reproduit absolument à l’identitque, à la virgule près, avec pour seule exception la conclusion (voir encadré gris ci-dessus) qui n’a pas été intégrée à ce PODCAST. Des sous-titres ont été ajoutés automatiquement pour en enrichir l’écoute et pour rendre le contenu accessible également aux personnes malentendantes. Note : si les sous-titres n’apparaissent pas automatiquement, activez l’option correspondante sur la fenêtre de la vidéo directement. 

Cet article a 17 commentaires

  1. PELTHIER Olivier

    Stop à la théorie du complot

    Ouvrez les yeux ,faites appel à votre esprit critique

  2. Anonyme

    « ….. tout comme ils n’étaient pas dotés de conscience, ni n’étaient capables non plus de compassion, d’empathie, d’amour sincère et désintéressé…… »
    Je peux dire que sur les exemples que je connais que je pourrai qualifier (pour donner seulement une image sans être péjoratif), des « seconds couteaux » car ils ne sont pas parvenus à leur « nirvana » du pouvoir, il y a au départ un déficit important d’amour ou bien un accident traumatisant à ce sujet sans commune mesure avec « la déception amoureuse ». Alors, il apparaît qu’une décision est prise de se venger en quelque sorte , par une accession au pouvoir qui intervient bien après le souhait légitime de s’en sortir du point de vue économique ;l’amour dont j’ai été privé je l’obtiendrai de force par l’exercice de mon pouvoir. Loin de moi d’en faire une généralité mais chez ces personnes, c’est une évidence. Puis sur le tard, ils sont comme figés dans leur carcans, leur perversité narcissique etc….
    C’est dramatique et l’on est impuissant sauf peut-être à cultiver la pleine conscience…..

  3. Aurore

    La direction évoquée dans ce texte est juste, à nous d’aller dans cette direction. Effectivement il n’est pas efficace d’apporter trop d’attention aux marionnettistes, cela leur donne de l’énergie, mieux vaut alimenter en énergie le contraire, mieux vaut lutter pour une vie de douceur, d’altruisme, eux, n’ayant plus notre énergie, ils mourront d’inanition et finiront par disparaître.
    Quant à notre conscience, il ne pourront jamais s’en emparer, car elle n’est pas matérielle, elle fait partie de la sphère spirituelle – invisible, elle ne fait presque pas partie de notre monde, encore moins de notre corps, elle est simplement reliée à celui-ci.
    Ayons donc confiance. Merci Frédéric pour ce beau texte plein d’espoir.

    1. Bonjour Aurore,
      Nous sommes bien d’accord, sauf sur le sens donné au mot « conscience » dans l’article. À ce que je comprends en vous lisant, vous faites référence au Soi (la Conscience suprême), alors que je parle de la conscience « individuelle », à laquelle est étroitement liée le corps comme le mental (et donc l’ego). Cette conscience là, avec un « c » minuscule donc, peut être totalement endormie par une influence extérieure, alors que le véritable Soi est intouchable, car « hors » de toute influence physique ou psychique. C’est d’ailleurs le cas sous hypnose : vous avez conscience de ce que vous faites, mais vous ne pouvez pas vous y opposer, comme si c’était « plus fort que vous ». Idem pour le rêve, au cours duquel vous n’avez pas conscience que vous rêvez. Dans les deux cas vous êtes dirigée comme un vulgaire robot par l’inconscient, alors que le Soi, la Conscience suprême, brille de mille feux sans être nullement affecté par aucun des phénomènes qui altèrent la conscience individuelle. Or, l’Éveil spirituel (pour l’être humain) passe par la maîtrise de sa propre conscience individuelle, car c’est à son niveau seulement que l’illusion existe et qu’elle doit être extirpée. Mais encore faut-il pour cela être capable de maîtriser cette conscience, par l’effort de concentration de l’attention. Si cette capacité est réduite à néant, par des suggestions mentales, des substances ou par des ondes, alors l’Éveil est rendu impossible. C’est comme si vous étiez dans un rêve (ou une transe hypnotique), totalement sous l’influence de l’inconscient. Si vous voulez un exemple plus parlant encore, prenez le cas d’une personne lobotomisée : son Soi n’est pas altéré, mais sa conscience individuelle est si endommagée qu’il ne lui est plus du tout possible de le réaliser. Cet exemple prouve bien que la conscience individuelle est très étroitement liée au corps (comme en témoignent aussi les états de conscience modifiés suite à la prise de drogues ou à l’éveil de la Kundalini par exemple), et c’est bien là le problème avec l’intelligence artificielle et le transhumanisme qui vont grandement affecter les processus corporels (sans même parler du nouveau vaccin créé à la hâte par Big Pharma, voir ce lien). Mais ça n’ira pas jusque là, à condition toutefois que celles et ceux qui en ont les capacités fassent vibratoirement contre-poids.
      Bien cordialement,
      Frédéric

  4. Jean-Luc

    Les formations à la pleine conscience, les vidéos sur le gardien intérieur ,entre autres, m’ont beaucoup aidé à comprendre qu’il ne faut pas en effet, lutter contre mais faire avec .Tout ceci est très éclairant et à pratiquer;je me pose toutefois les questions suivantes:
    1. Combien de temps et de souffrance, combien de catastrophes, de drames, avant une prise de conscience universelle ?
    2. Ne rien manifester devant l’injustice n’est-ce pas en soi, donner un chèque en blanc aux assoiffés de pouvoir ?
    3. Comment et quand vont se reconnaître les aspirants à une conscience universelle inspirée par la lumière de l’esprit ? Seront-ils assez nombreux pour inverser la tendance ?

    Bien entendu, c’est mon mental qui dit cela et m’éloigne probablement des réponses que seule la pleine conscience pourrait donner ….?

    Merci Frédéric pour votre écoute et pour ce travail vraiment remarquable.

    1. Bonjour Jean-Luc,

      Effectivement, lutter contre (pour échapper à la souffrance) est inutile quand cette dynamique est impulsée par le mental, car c’est une dynamique de rejet qui renforce l’attachement, donc la souffrance, ce qui est donc contre-productif. La meilleure manière de « vaincre » quelque chose de nuisible, c’est de renforcer son opposé, soit ce qui est utile, évolutif, guérisseur. Prenons l’exemple d’une maladie ou d’un virus, c’est absolument vain de lutter directement contre cela, mais on peut faire en sorte de renforcer l’énergie vitale qui a son tour renforcera l’immunité (les deux étant étroitement liés), et cela se fera d’autant plus efficacement que l’on s’installe dans la paix intérieure et la confiance absolue en la perfection du Plan divin (car à l’inverse, la peur, comme les tensions qu’elle induit, disperse l’énergie vitale et affaiblit l’immunité, et je pourrais faire la même remarque avec l’émotion de colère, dans laquelle ceux qui « luttent contre » y puisent bien souvent leur énergie, qui sera bien vite dilapidée dans ces conditions).

      Pour répondre à vos questions :

      1) Les choses doivent arriver à leur terme en cette fin de cycle. Il est difficile de donner une indication de temps, mais l’important n’est pas de savoir QUAND cela va se terminer, mais de savoir ce que l’on fait ici et maintenant qui contribue au changement espéré par soi-même. Le but est le chemin…

      2) Votre question me rappelle cette phrase d’Einstein : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. ». En fait, c’est une façon un peu simpliste de voir les choses. Einstein, qui était physicien, aurait dû préciser « sans rien faire, dans la peur ou l’indifférence », car tout se joue au niveau vibratoire et de ce fait, quelqu’un qui médite seul dans son coin dans une totale indifférence à l’égard des choses de ce monde (et Dieu sait si ce fut le cas de beaucoup de « Saints » ou de « Yogis » par le passé et de nos jours encore), peut vibratoirement apporter beaucoup plus à ce monde qu’un révolutionnaire qui combat l’injustice à partir de sa propre blessure d’injustice (donc de son ego). Mais un Avatar peut aussi combattre l’injustice directement, en toute équanimité (il agira alors exactement comme l’énergie vitale face à la maladie et au virus, de manière entièrement… désintéressée…, donc sans ego). Encore une fois, ce n’est pas tant le « faire » qui importe, mais « l’être ».

      3) Nous vivons à une époque où il est aussi facile de chuter que de s’élever spirituellement, paradoxalement. Si vous faites les efforts justes pour vous maintenir dans la voie du milieu, l’élévation spirituelle sera rapide et puissante, mais si vous ne faites pas ces efforts, la dégringolade est tout aussi rapide et forte. La question est donc encore une fois dans quelle direction est mise l’attention, individuellement. Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde (Gandhi), et alors, on pourra commencer à le voir apparaître ce changement tant espéré.

      En espérant avoir pu vous apporter des réponses utiles.

      Bien cordialement,
      Frédéric

  5. Ferrand

    Bonjour Frédéric je pense que vous avez entièrement raison. En tout cas je partage votre point de vue.
    Cultiver son jardin,
    offrir ses fleurs à son prochain
    apprécier les saisons et la couleur du ciel.

    1. Merci beaucoup Philippe, c’est exactement cela, vous avez tout compris !! Gratitude !

  6. jean-Luc

    Bonsoir Frédéric,

    Je suis tout à fait en accord avec votre analyse quant au détournement de l’attention…Il faut être attentif à ce détournement.
    Vous étiez dans une grande entreprise financière et moi dans une industrielle.
    Malgré la déontologie humaniste dont se ventait mon entreprise, pour renforcer son chiffre d’affaire, ça ne l’a pas empêché de prendre un marché associé à des armes de guerre. …
    Un autre énorme problème qui découle du pouvoir de l’argent dont je suis certain car je l’ai tellement observé, ne comprenant pas le fossé qui séparait les gens d’une même famille, c’est le fait d’exister par « mon argent » ,de briller par « mon argent », de jouir d’un sentiment de supériorité sur mon prochain « grâce à mon argent ». Cela détruit des familles , c’est véritablement le cancer de nos sociétés, c’est un drame pour l’humanité et bien des jeunes en sont conscients aujourd’hui. C’est probablement le plus grand mensonge du mental prisonnier de sa peur existentielle. Ce n’est pas la covid qui va détruire l’humanité, non, non car de surcroît, avec « mon argent » je vais me payer des animaux très originaux et hors de prix et tant pis si les 3/4 d’entre eux meurent dans le voyage car désormais je suis aveuglé par « mon argent »…etc…etc….

    En conséquence, J’ai donc personnellement une motivation et une confiance lumineuse pour notre pleine conscience équanime.
    Merci pour votre écoute.

    Bien cordialement,
    Jean-Luc

    1. Bonjour Jean-Luc,

      Vous avez mis le doigt sur le nœud du problème, soit la compulsive tendance qu’à l’ego à s’attacher à ce qui lui permet de défendre, entretenir et valoriser sa fausse identité, et qui se traduit en effet par « mon » « ma » « le mien », etc.

      En vertu de la loi de l’impermanence, tout ce qui est d’ordre formel est amené à disparaître, et sera donc toujours source de souffrance pour l’ego qui s’y attache. Même l’individualité en tant que telle, pour laquelle le lien d’attachement est encore plus fort que toutes les choses matérielles extérieures (parmi lesquelles, l’argent, en effet) devra être abandonnée pour que la conscience puisse réaliser sa véritable essence, au-delà de toute illusion : le Soi suprême et éternel. Cet « abandon », que les Sages appellent aussi « détachement » ou « renoncement », est une étape incontournable sur la Voie spirituelle, et c’est en s’entraînant avec les choses matérielles qu’on peut progresser sur cette voie, jusqu’à ce que le détachement de l’ego devienne de plus en plus fréquent, ouvrant la voie à des actions véritablement désintéressée, libre de toute attente, et donc source de paix et de joie sans condition. C’est donc aussi de cette manière qu’on peut se « soigner » de cette maladie de la conscience qui est l’attachement, et réformer le monde par notre propre réforme intérieure, chemin faisant.

      Merci à vous pour vos contributions pleine de bon sens.

      Bien cordialement,
      Frédéric

  7. Lise

    Oufffff que de vérités! Merci de l’électrochoc que cette vidéo a créé en moi. Des larmes et des pleurs ont jailli en abondance. Mon corps réagit fortement. Ma conscience et mon coeur s’ouvrent enfin. Quelle grande et magnifique révélation!!! Merci, merci et merci.
    C’est l’un des plus grands cadeaux que j’ai reçu à ce jour. Depuis mars, je ne vis que pour les démasquer et…, de toute façon, rendu ou l’on en est, que reste t-il à démasquer ?
    À partir de maintenant, je baisse l’armure et je focus sur ce qui me fait le plus tripper dans la vie et qui nourri mon âme à coup sur, soit : peinture, nature, lecture, saine nourriture, écriture et tout ce qui est pur.
    J’appelle des amies, je danse, je chante, je ris, je médite, je crée et je me recrée.
    Gratitude et RESPECT très cher M. Jean-Luc.

    1. Eh bien en voilà de magnifiques prises de conscience, qui me ravissent et qui me font dire que vous avez entièrement compris et intégré le message transmis. C’est vraiment magnifique ! BRAVO !

  8. Aurore

    Voici un beau cadeau que nous fait Frédéric,

    – à diffuser largement, pour reprendre espoir –

  9. Jean-Luc

    A cette heure, je suis persuadé qu’une grande aventure humaine a démarré (ou plutôt se poursuit mais peut-être plus vite?…)grâce à des personnes comme Frédéric puis toutes celles qu’il aime à citer et qui ont tenté de nous indiquer le chemin depuis pas si longtemps que cela à l’échelle géologique !…
    Je voulais simplement dire merci du fond du coeur pour ces partages
    qui, comme pour Lise, guérissent mon âme. Enfin, comme nous arrivons
    à Noël, il me vient une pensée pour Jésus car cette méditation résonne en moi comme un miracle.

    Bien à vous,

  10. Bonjour Frédéric,

    Quel bel article ! J’en cautionne et partage la quasi-totalité des points. Sauf un, essentiel. Ce conseil que vous n’êtes pas seul à donner qui consiste à cesser de « dénoncer complots et complotistes » pour se préoccuper de son propre éveil spirituel et échapper ainsi à la manipulation des marionnettistes.
    Si l’on reprend la métaphore de la Caverne de Platon – et l’illustration le montre bien – cette voie dite du Juste Milieu permet ainsi aux rares heureux éveillés de comprendre le jeu, de s’en extraire, de trouver le boyau qui mène vers la sortie et de le traverser pour s’épanouir dans la Vraie Lumière. Comme beaucoup, j’ai fait ce chemin. Et je suis revenu dans la Caverne. Parce que je trouve terriblement égocentrée l’idée de l’évasion solitaire et tant pis pour les autres. Je ne crois pas que nous ayons tous fait l’incroyable effort de nous incarner dans cette densité pour trouver le moyen de nous en échapper à la première occasion. Au contraire. Nous sommes là pour percer les parois et faire entrer le jour. Ayant aperçu les ficelles des marionnettistes et la Lumière du dehors, il est de notre devoir de dessiller les yeux de nos contemporains en leur faisant percevoir ce qui est devenu une évidence pour nous. Afin qu’eux aussi puissent se libérer des chaines et transmettre à leur tout cet enseignement.
    Sans diffusion large de la connaissance façon tache d’huile, cet éveil personnel ne sert à rien et les marionnettistes se moquent bien de perdre quelques éléments en chemin.
    Je suis d’accord : nous sommes à un moment charnière entre le monde triste de l’illusion morne et le monde aéré de la vérité accomplie. Le mouvement n’est pas encore réalisé, le battant peut tomber d’un côté ou de l’autre faisant se réaliser le « foutur » dystopique dont le physicien Philippe Guillemand annonce la mort programmée ou le futur joyeux et utopique que nous appelons tous de nos vœux.
    Alors, sauter allègrement cette charnière pour aller égoïstement profiter de son éveil personnel ne me semble pas adapté. Connaissant les tenants et aboutissants, je préfère rester et pousser de toutes mes forces moi aussi pour que le battant tombe du bon côté.
    Ce qui me rassure, c’est que, contrairement à ce que vous écrivez, vous pensez comme moi car vous n’auriez pas écrit cet article sinon. Et vous ne seriez pas formateur non plus. Vous aussi avez fait de l’aide aux autres votre mission de vie.
    Alors permettez-moi de tenter une reformulation de votre conseil :
    Ne nous laissons pas happer par l’aspect matériel de la lutte ad hominem et par une illusoire Ré-volution qui, comme son nom l’indique, finit par nous ramener au même point avec une illusion de plus. Mais diffusons au maximum la vision élargie, aidons aux expansions de conscience. C’est l’effet de nombre qui fera la bascule tout seul. Choisir la pilule rouge ne veut pas dire s’échapper ou combattre les moulins de Don Quichotte. Il s’agit de montrer où se trouve la lanterne, les ombres et les manipulateurs. Leur magie s’écroule dès qu’elle est sue.
    Oui, les complots existent et ce, même si les « comploteurs » ne savent pas qu’ils en sont, tout occuper à amasser et à « jouir » d’une illusion aussi puissante que celle avec laquelle ils tiennent la foule sage. Eux aussi sont leurs propres marionnettes. Même les plus hauts instigateurs de ce foutur transhumaniste dans lequel ils croient bon pour eux de nous faire basculer.
    Mais un complot n’existe que tant qu’il bénéficie de l’ombre complice. Il suffit de le mettre en lumière pour que la montagne accouche d’une souris.

    1. Bonjour Pierre-Yves,

      Merci pour votre contribution.

      En vous lisant, j’ai l’impression que nous n’avons pas la même conception de la notion « Éveil spirituel » et de la connaissance qui y mène.

      Tout d’abord, pour moi un Sage ne redescend pas forcément au fond de la caverne pour apporter sa lumière aux prisonniers. Cela peut certes être une mission pour certains d’entre-eux (et je m’y reconnaîtrais volontiers tout comme vous), mais il y a des êtres qui restent à méditer seuls dans la forêt ou qui mènent une vie tranquille loin des tumultes du monde moderne, sans presque aucun contact avec leurs semblables.

      Affirmeriez-vous donc qu’ils fuient la réalité de ce monde et que la voie qu’ils ont prise est égoïste sous prétexte qu’ils ne partagent pas leur sagesse avec les autres ? Si tel est le cas, ce serait un non-sens puisqu’un « Éveillé », au sens où l’entend la Tradition, a nécessairement transcendé l’ego et ne peut de ce fait être « égoïste ». C’est le mental humain, avec ses croyances, ses idéaux, son système de valeur, qui détermine ce qui est bien/bon ou ce qui est mal/mauvais, mais le Sage authentique, lui, ne fonctionne plus ainsi ; son action est « juste », quelle que soit la forme qu’elle peut prendre (ou ne pas prendre…).

      Il y a des « complotistes » qui partagent une connaissance tout à fait véridique au sujet des complots, mais ils sont toujours enchaînés au fond de la caverne aux côtés des autres prisonniers. Pourquoi ? Parce qu’ils le font à partir de leur ego et d’intérêts personnels, à la différence du Sage qui transmet cette connaissance de manière fondamentalement désintéressée (sans ego donc). La connaissance transmise est la même dans les deux cas, mais le positionnement intérieur est très différent. C’est lui seul qui détermine si l’individu est un prisonnier illusionné, ou un Sage éveillé. Voilà où la différence se situe, essentiellement… Et elle est de taille!

      Aussi – et c’est là qu’il est important de faire la distinction –, là où le « complotiste » transmet une connaissance qui se limite à la compréhension mentale des rouages du « Système » (qui se limite donc à l’intérieur de la caverne), celle que le Sage transmet concerne aussi ET SURTOUT les moyens de sortir de la caverne pour que les prisonniers puissent aller au-delà du mental et avoir accès à la Lumière intelligible.

      En d’autres termes, si le Sage peut renseigner les prisonniers sur la nature des ombres qu’ils regardent et ceux qui les créent – donc mettre en lumière les complots et ceux qui les fomentent pour ce qui nous intéresse ici – cela est tout à fait secondaire par rapport à sa fonction première, qui est de dispenser l’enseignement spirituel grâce auquel les prisonniers qui le voudront vraiment pourront se libérer de leurs chaînes (mentales) et sortir symboliquement de la caverne, pour accéder à la Réalité transcendante, celle de la Lumière intelligible. Et pour cela, la connaissance relative aux complots qui affectent notre monde moderne n’est absolument pas nécessaire contrairement à ce qu’on pourrait croire. À ce propos, je ne suis pas d’avis qu’il suffise de mettre en lumière les complots pour qu’ils accouchent d’une souris comme vous dites. Si tel était le cas, vu toute l’énergie déployée par les lanceurs d’alerte dans ce sens depuis des décennies, nous n’en serions pas là !… À mes yeux la solution est ailleurs et c’est précisément pour la faire connaître que j’ai rédigé cet article.

      Pour tout le reste, je suis en tous points d’accord avec ce que vous dites.

      Bien cordialement,
      Frédéric

  11. Serge Grenier

    Ça faisait longtemps que j’avais entendu parler des nanoparticules et des tests PCR. Aujourd’hui j’ai vu une vidéo de quelqu’un qui a défait le bout d’un bâtonnet de test PCR et nous a montré les fils de nanoparticules qui se tordent et attaquent la pince. Et la dame disait qu’en réalité, la «vaccination» était déjà commencée depuis longtemps avec ces tests.

    Comme j’ai fait le test une fois, j’étais sous le choc. J’ai cherché sur l’internet : « comment se débarrasser des nanoparticules implantées dans notre corps » et je n’ai rien trouvé. Rien.

    Alors j’ai fait la même recherche mais en m’adressant aux annales akashiques. Et je suis tombé sur cet article, qui m’est apparu comme une réponse appropriée. Pas une réponse facile, mais tout de même une bonne réponse.

    Merci!

Laisser un commentaire