Il y a deux erreurs fondamentales à ne pas commettre au sujet des complots. La première, c’est de rejeter en bloc l’idée qu’ils existent ; la seconde, c’est d’imaginer qu’ils sont systématiquement à l’origine de tout ce qui nous arrive. Il convient donc d’éviter les extrêmes, comme en toute chose, et de chercher premièrement le juste milieu et son équilibre.

C’est ce que nous allons faire avec cet article, en démontrant les illusions qui existent de part et d’autre. Appuyons-nous pour cela sur l’allégorie de la caverne de Platon. Cette métaphore, d’une grande profondeur, met en scène des prisonniers enchaînés au fond d’une caverne, captivés par des ombres créées de toutes pièces par des personnages occultes, que nous appellerons les « marionnettistes ».

Des chaînes et une prison mentales

La quasi-totalité des êtres humains en cette fin de cycle sont semblables à ces prisonniers de la caverne de Platon. Leurs chaînes, tout comme leur prison, ne sont pas physiques, elles sont mentales ! Comme hypnotisés, ils se laissent captiver par les ombres projetées sur le mur de la caverne. Elles les captivent au point de leur faire perdre de vue le sens des réalités, détournant leur attention de ce qui leur permettrait de se rendre libres de leurs chaînes et de sortir de la caverne pour s’éveiller et connaître la Réalité ultime, la Lumière intelligible, celle de la dimension spirituelle, transcendante, de leur Être.

L’allégorie de la caverne, exposée par Platon il y a 2400 ans, présente une symbolique intemporelle, dont nous pouvons par conséquent nous servir pour comprendre comment notre monde actuel fonctionne. Ces ombres sont autant d’illusions projetées sur le mental collectif de l’humanité ; elles y prennent la forme de schémas mentaux et émotionnels, autant de conditionnements psychologiques induits, suggérés par les marionnettistes.

Ceux qui conspirent contre l’humanité

Parmi la population mondiale, ces marionnettistes sont minoritaires, mais leur petit nombre est inversement proportionnel à leur capacité à nuire à la vie sous toutes ses formes. Nous les retrouvons à tous les échelons de la société, mais leur concentration est la plus forte dans les plus hauts degrés de la pyramide du pouvoir. Ils sont aux commandes de toutes les infrastructures du « Système », les organisations mondiales et nationales, les ONG, les institutions financières, politiques, médiatiques, les grandes multinationales, l’industrie du divertissement ; même les religions traditionnelles et les organisations initiatiques ont été infiltrées et perverties par ces individus sans foi ni loi.

Ces marionnettistes qui sont aux commandes de notre civilisation depuis des siècles, les psychologues les appellent aujourd’hui des « psychopathes », des « psychotiques sans symptômes », ou encore des « pervers narcissiques ». Si tout un chacun peut avoir des traits de caractère pervers qui s’expriment à certains moments, en ce qui les concerne, cette structure psychique est accomplie, cristallisée et, de ce fait, permanente, irréversible, de sorte qu’il leur soit impossible d’échapper à leur propre condition[1].

Ces individus n’ont pas de religion et nient toute possibilité de transcendance. Ils ne croient en rien d’autres qu’en leur propre individualité, dont ils cherchent l’immortalité en en développant les capacités par tous les moyens. Car à leurs yeux, les Dieux, ce sont eux !… Ils vont même jusqu’à se considérer comme une race à part, génétiquement supérieure à l’humanité. Avides de pouvoir, ils ne se soucient nullement du sort d’autrui qu’ils utilisent pour leur propre intérêt. Leur objectif est de protéger leurs arrières, assurer leur position dominante, défendre leurs intérêts et conserver leurs privilèges de caste. Ils sont prêts à tout pour parvenir à leur fin, celle-ci justifiant toujours les moyens pour eux.

Partageant ce profil psychologique particulier, ils se reconnaissent entre eux et s’allient les uns aux autres pour affermir leur position dominante. Pour cela, ils fomentent des conspirations, destinées à maintenir le reste de l’humanité dans l’illusion et, osons le dire, en esclavage. Étant largement inférieurs en nombre, manipuler la masse des êtres humains en orientant leurs pensées et leurs actes, est le seul moyen d’y parvenir, travestissant pour cela leur volonté d’asservissement en système démocratique.

Les complots ont toujours existé

Parler de complot contre l’humanité n’est pas infondé, car ces individus atteints de psychopathie sont menteurs, calculateurs et manipulateurs par nature. Platon, dans son allégorie de la caverne, a clairement montré le rôle qui est le leur, celui de maintenir les prisonniers dans l’illusion en les conditionnant mentalement.

Dès lors, Platon, le grand Sage de l’antiquité grecque, était-il un adepte de la théorie du complot avant l’heure ? Assurément, comme tout philosophe qui sait voir au-delà des apparences trompeuses, car l’existence des « comploteurs », soit ceux qui conspirent, est une réalité en ce monde, depuis des millénaires. Ils ont toujours existé et cette fin de cycle est sans doute celle où leur emprise est la plus forte, contrairement à ce que leurs serviteurs les plus zélés tentent de nous faire croire en tournant au ridicule les « conspirationnistes ».

Mais dans ce grand jeu de dupes, la réalité est plus complexe qu’il n’y paraît, car il n’y a pas d’un côté les méchants « agents du système » qui tentent de cacher la réalité aux masses hébétées et, de l’autre, les gentils complotistes qui disent la vérité.

L’illusion des complotistes

Si les complots existent bel et bien, il faut toutefois considérer que la plupart des complotistes, bien qu’ils soient conscients des manipulations dont le peuple fait l’objet, sont encore et toujours dans l’illusion, manipulés par les marionnettistes dont ils connaissent pourtant l’existence. Bien sûr, la manipulation dont ils font l’objet n’est pas aussi grossière que celle qui touche ceux qui croient encore naïvement que les médias et les gouvernements leurs disent la vérité pour leur plus grand bien. En vérité, c’est une manipulation beaucoup plus subtile dont les complotistes sont victimes, et dont très peu seulement ont réellement conscience.

Leur illusion est la suivante : contrairement au philosophe qui a conscience de la réalité de notre monde, eux dilapident vainement leur énergie à dénoncer et à combattre ces ombres projetées sur le mur de la caverne. Ce faisant, ils continuent de manquer la cible et ne se rendent absolument pas compte qu’ils sont encore et toujours prisonniers de la caverne et des marionnettistes.

Dans ce contexte, il faut faire preuve de discernement et être vigilant par rapport à soi-même, car le mental peut facilement tordre la réalité pour la faire correspondre à sa vérité, pour valider son système de croyances et renforcer ainsi la structure identitaire qu’il s’est forgée. À ce petit jeu-là, il saura toujours voir les signes qui l’arrangent, décontextualiser les faits en les extrapolant et en les interprétant de manière à les rendre conformes à sa vision du monde. Dans les cas les plus extrêmes, cela peut relever de la psychiatrie, avec délires de persécution et psychoses. Point besoin cependant d’aller aussi loin dans le trouble mental pour être pris dans les mailles de l’illusion, en se croyant pourtant perspicace et lucide. Comme l’a dit Goethe : « il n’est pire esclave que celui qui se croit libre sans l’être ».

Disperser l’attention et manquer la cible

Pour comprendre en quoi les marionnettistes parviennent à manipuler tant les individus indignés et révoltés que la masse des gens encore endormis et soumis au Système, il faut s’intéresser à la ressource fondamentale de l’être humain, qui est l’attention de la conscience.

Prenons un exemple concret avec deux individus. Le premier met son attention pendant des heures sur les médias, tant mainstream qu’alternatifs. Il regarde des vidéos, des documentaires décryptant les complots et l’actualité, les manipulations, les problèmes de notre monde, etc. Il disperse sa précieuse attention sur ce flux ininterrompu d’informations, dissocié du moment présent, dans un état d’absorption hypnotique. Le second individu est un philosophe qui aspire à devenir un Sage authentique et concentre tous ses efforts et son attention pour réaliser ce noble objectif ; il a conscience du caractère futile de cette déferlante d’informations et renonce par conséquent à y consacrer la moindre attention. Sa précieuse attention, il préfère la concentrer sur le moment présent, cherchant à le rendre le plus harmonieux possible, en prenant soin de lui et des autres, de la nature, de façon désintéressée, par amour pour le Vivant qu’il honore ainsi, sous toutes ses formes. Son attention étant concentrée sur ce qui est utile, il s’éveille spirituellement dans la quiétude, l’amour, la joie et le détachement.

Nos deux individus ont tous les deux orienté leur attention pendant ce laps de temps, mais dans des directions radicalement différentes, et avec des conséquences totalement différentes également. L’attention du premier individu l’a placé dans de basses vibrations, alors que celle du philosophe l’a élevé dans de très hautes vibrations. C’est ce qui les distingue l’un de l’autre, car les vibrations qu’ils émettent ont un impact diamétralement opposé, tant sur leur réalité intérieure que sur le monde extérieur. Sans le savoir, le premier individu a servi par défaut les intérêts des marionnettistes, renforçant leur emprise en ce monde, alors que le second leur a fait perdre toute emprise sur lui tout en faisant efficacement contre-poids à leur pouvoir, sans même avoir sorti les armes pour les combattre.

« Le temps de cerveau humain disponible »

Comprenez bien que tout, absolument tout se joue au niveau de l’attention, cette précieuse attention qui est la plus inestimable ressource de l’être humain. Cela, les marionnettistes le savent pertinemment ; ils savent que c’est la maîtrise de l’attention dirigée de façon juste, utile, qui peut rendre l’esclave libre de ses chaînes. Il leur faut donc captiver son attention, ce « temps de cerveau humain disponible », pour reprendre l’expression d’un ancien PDG de TF1. L’attention de la conscience humaine, il leur faut en effet la capter, la posséder, la canaliser, dans une direction opposée à tout ce qui pourrait participer à son éveil, à sa libération spirituelle. Là est la stratégie des marionnettistes, simple mais diablement efficace. 

© Adobe stock – Kevin Carden

Ainsi, l’allégorie de la caverne nous apprend que les complots existent, et que la solution consiste non pas à les déjouer, mais à cesser de manquer la cible en projetant l’attention dans la mauvaise direction. Or, en réalisant que les complots sont réels et en cherchant à en savoir toujours plus à ce sujet, beaucoup d’individus qui seraient potentiellement prêts à sortir de la caverne et à gagner leur libération spirituelle, resserrent sans s’en rendre compte les liens qui les maintiennent captifs. Aussi, en dépensant beaucoup d’énergie à dénoncer les complots qu’ils identifient à tort ou à raison, ils incitent les autres prisonniers à continuer à regarder dans la mauvaise direction eux aussi.

C’est un piège tendu par les « marionnettistes », un piège subtil qui consiste à maintenir l’attention des individus sur l’échiquier où s’affrontent le camp du « bien », celui des complotistes, des lanceurs d’alerte, des dissidents, et le camp du « mal », celui des élites et de leurs serviteurs. En vérité, que l’on ait raison ou tort, que l’on soit dans un camp ou dans l’autre, tant que l’attention est maintenue dans ce grand jeu de dupes, elle n’est pas dirigée là où elle le devrait pour participer véritablement à la libération spirituelle et à l’harmonisation du Vivant. Là est la grande illusion. Pour reprendre les mots de Galadriel dans le prologue du Seigneur des Anneaux : « ils furent tous dupés ! »

La nature du grand complot

C’est ce qui se passent aujourd’hui, tant pour les gens soumis au Système que pour ceux qui voient clair et qui s’indigent en criant aux complots. En effet, tous regardent dans la même direction, en braquant leur attention sur l’épidémie, le vaccin, le terrorisme, les chefs de gouvernement, le réchauffement climatique, les catastrophes naturelles, mais aussi sur les lanceurs d’alerte et leurs révélations plus ou moins fiables, ou encore sur les séries et autres sources de divertissement ; autant d’ombres projetées pour faire diversion et détourner l’attention de l’essentiel. Là est le véritable hold-up des marionnettistes, celui de l’attention de la conscience.

Il est facile de comprendre que si l’attention est maintenue sur toutes ces ombres, eh bien elle n’est pas mise sur ce qui est véritablement utile au Vivant et à l’Éveil spirituel. Voilà, en résumé, la nature du grand complot qui empêche l’humanité de prendre sa destinée en main et de la rendre conforme à ses aspirations profondes.

On rétorquera à tout ceci qu’il faut bien vivre avec son temps, ou que chacun est libre de faire ce qu’il veut de son « temps de cerveau disponible ». Certes, mais alors soyons simplement cohérents avec nous-mêmes. Si nous voulons que les choses changent, alors il faut accepter de renoncer à nos habitudes, efforts à l’appui, en s’engageant dans une dynamique vertueuse et évolutive. Comme nous l’enseignent les Sages depuis des millénaires, celui qui veut sauver le monde doit d’abord se sauver lui-même…

Une conversion pour libérer l’attention

Il y a 2600 ans, le Bouddha l’avait déjà dit : « avec nos pensées, nous créons le monde. » Aujourd’hui, les physiciens quantiques diraient que c’est par notre tonalité intérieure, les vibrations que nous émettons en permanence, que nous créons le monde. Dès lors, quelle tonalité intérieure émettons-nous ? Nos pensées, comme nos émotions, sont-elles déterminées par ce que nous voulons vraiment ou par ce que nous ne voulons pas ?

Nous vivons dans un univers vibratoire et la tonalité intérieure que nous émettons est la clé de notre pouvoir créateur. Si nous voulons un monde d’unité, de paix, d’harmonie, de partages, de respect, de liens fraternels, d’amour, de compassion, de beauté naturelle, d’abondance pour tous, nous nous devons d’en émettre premièrement la vibration en nous-mêmes, en concentrant notre attention sur tout ce qui y participe. C’est là que tout se joue, car l’harmonie, la joie et l’amour ne peuvent se manifester en ce monde si on ne vit pas premièrement ces états en nous-mêmes.

Partant de ce constat, la solution est on ne peut plus simple à comprendre. Par un effort de conversion intérieure, nous détournons notre attention de ce grand théâtre de l’absurde et nous la réorientons sur ce qui importe véritablement pour nous. C’est une métanoïa ! Il s’agit de mettre l’attention sur ce qui fait défaut en ce monde, plutôt que sur ce qui le contamine et le détruit.

La simplicité dans le juste milieu

Nous avons toutes et tous déjà pris le temps de faire ce qui est juste et utile pour nos vies, ou pour celle d’un autre être vivant, de manière entièrement désintéressée, simplement par amour pour la vie, en nous, en l’autre. Et sans doute avons-nous alors constaté le sentiment de bien-être, de sérénité, de gratitude et de confiance qui en a découlé. Eh bien, c’est la simplicité de tels actes, par la tonalité intérieure dans laquelle ils nous placent, qui ont le pouvoir de transformer notre monde !…

La question est donc de savoir ce que nous faisons du temps qui nous est imparti. Nous laissons-nous distraire, divertir, perdant tant et tant d’occasions d’élever nos vibrations dans l’amour, la joie et la paix, ou mettons-nous notre attention sur ce qui y participe vraiment ? Distinguer l’utile de l’inutile, nous savons le faire car nous le sentons en nous-mêmes. Nous sommes capables de discernement et nous n’avons donc pas d’excuses à nous trouver pour chercher la voie du juste milieu.

Une période charnière pour l’humanité

La période que nous vivons actuellement est charnière dans l’histoire de l’humanité. Le plan des marionnettistes est très clair ; ils savent déjà capter l’attention de l’humanité pour la maintenir dans l’illusion, mais ils veulent aller encore plus loin, beaucoup plus loin. Leur plan ultime est d’interdire à l’être humain toute possibilité d’être maître de sa propre conscience. On en prend malheureusement le chemin ; cela se dessine sous nos yeux avec l’intelligence artificielle, déjà bien implantée dans nos vies, et avec l’idéologie transhumaniste qui gagne du terrain.

Il est donc important de comprendre le véritable enjeu de cette « pseudo-élite » : le contrôle total de la conscience humaine, pour rendre impossible l’orientation de l’attention sur autre chose qu’un système de pensée unique, faisant de l’être humain un vulgaire robot préprogrammé. 

Pour quelques années encore, nous avons la possibilité d’être maître de notre propre conscience, grâce à l’effort de concentration de notre attention. Alors, profitons de cet avantage pour faire perdre définitivement la partie aux marionnettistes. Cessons de participer à leur jeu de dupes, avant que le point de non-retour ne soit atteint et qu’il ne soit trop tard. La possibilité de l’éveil spirituel, qui dépend de la concentration de l’attention, est la seule et unique chance de salut de l’humanité. Ici et maintenant, tous autant que nous sommes, nous avons le pouvoir d’inverser la tendance, vibratoirement. Comme le dit l’expression : « les petits ruisseaux font les grandes rivières. »

Conclusion

En résumé, la question n’est pas de savoir si les complots existent ou pas. De toute évidence, ils existent, et comme dirait l’autre, « nous sommes en guerre », mais pas celle qu’il veut nous faire croire. Cette une guerre mondiale, pas la troisième, mais celle qui dure depuis des siècles, celle qui est menée par les marionnettistes « comploteurs » contre l’humanité et le Vivant. Ce n’est pas une guerre contre un méchant virus, contre le terrorisme ou contre un quelconque axe du mal. C’est une guerre pour s’accaparer la plus précieuse ressource qui soit : l’attention de la conscience, car potentiellement porteuse de toutes les merveilles que ce monde peut voir éclore.

Alors, les choses peuvent véritablement commencer à changer, car en retirant l’attention des ombres projetées par le Système, nous lui retirons de facto notre énergie, énergie que nous mettons sur ce qui est utile. C’est ainsi que le Système peut mourir, sans même avoir dû le combattre. C’est un processus alchimique de transmutation : passer de la dispersion à la concentration, de l’inutile à l’utile, de la peur à l’amour.

La solution : faire ce qui est utile à notre vie, chercher la paix de la conscience, le calme intérieur (équanimité), vibrer la paix, l’harmonie et la joie, se concentrer sur ce qui est utile à notre éveil et à celui des autres. Cultiver le beau, le vrai, le juste. Cherchez la voie du milieu (et tout nous sera donné par surcroît !)…

[1] J’ai longtemps cru que chaque être humain sur cette planète était doté d’une étincelle divine, capable de ce fait de rédemption et d’illumination spirituelle. Mes yeux s’ouvrant de plus en plus sur la réalité de notre monde, j’ai dû me résoudre à l’idée que ces individus n’en étaient pas dotés, et que de ce fait ils ne faisaient pas partie des êtres sensibles, comme vous et moi, tout comme ils n’étaient pas dotés de conscience, ni n’étaient capables non plus de compassion, d’empathie, d’amour sincère et désintéressé. En comprenant les lois qui participent à l’équilibre universel, j’ai dû admettre également que leur influence en ce monde était néanmoins nécessaire, un mal nécessaire si je puis dire, tant et aussi longtemps que l’humanité privilégiera la dualité au détriment de l’unité. Voir à ce sujet l’article « quand faire le bien engendre le mal ».

🎙Version PODCAST

J’ai eu l’élan de produire une version PODCAST de cet article pour plusieurs raisons. Premièrement, comme je considère qu’il s’agit d’un message essentiel, j’ai souhaité le rendre accessible à une frange d’internautes qui préfèrent le visuel et l’audio à l’écrit. Deuxièmement, ce format m’a permis d’inclure des passages de films que j’apprécie tout particulièrement parmi les « succès » du box office, et je peux dire que c’est assez rare pour être signalé tant mon esprit est critique par rapport à l’industrie du divertissement (les films en question sont « Le Seigneur des Anneaux » et « Le Hobbit », de Peter Jackson). Enfin, troisièmement, j’avais envie de déployer ma créativité avec ce format particulier qui ne m’était pas vraiment familier jusqu’à présent (et ce fut un réel plaisir, même si cela m’aura pris énormément de temps…). 

Le texte de l’article y a été reproduit absolument à l’identitque, à la virgule près, avec pour seule exception la conclusion (voir encadré gris ci-dessus) qui n’a pas été intégrée à ce PODCAST. Des sous-titres ont été ajoutés automatiquement pour en enrichir l’écoute et pour rendre le contenu accessible également aux personnes malentendantes. Note : si les sous-titres n’apparaissent pas automatiquement, activez l’option correspondante sur la fenêtre de la vidéo directement. 

D’autres articles en lien avec cette thématique :

S'établir dans l'œil du cyclone

Je ne souhaite ni me montrer fataliste ni jouer la carte du positivisme et de l’espoir pour adoucir les perpectives d’avenir qui se présentent à nous. Ce qui importe à mes yeux est d’être aussi lucide et équanime que possible face aux événements actuels... 

Pseudo-élite, Équanimité et Nouvelle Terre

Dans une récente newsletter, j’ai à nouveau insisté sur l’équanimité en tant que juste positionnement à adopter face à cette « masque-arade » planétaire liée à la Covid-19, et plus largement face à tout ce qui est susceptible d’arriver… en ce bas monde…

Sortir de la caverne des illusions

Dans mon précédent article intitulé « Un Nouvel Ordre mondiale », j’ai tenté d’exposer aussi objectivement que possible la manipulation et le contrôle exercé par un groupe influent d’individus malfaisants qui tient l’humanité sous son joug tout en lui faisant croire à…