Pseudo-élite et crise sanitaire

Dans une récente newsletter, j’ai à nouveau insisté sur l’équanimité en tant que juste positionnement à adopter face à cette « masque-arade » du coronavirus, et plus largement face à tout ce qui est susceptible d’arriver… en ce bas monde.

Dans une de mes vidéos, appelée « la Voie du Milieu : sortir de la caverne des illusions », j’avais pris soin d’y expliquer en quoi toute action qui s’inscrirait hors de l’équanimité, impulsée par des sentiments d’indignation et de révolte – tout compréhensibles et justifiables qu’ils soient du point de vue de l’ego –, ne peut vibratoirement que renforcer et « nourrir » la cible de la révolte et de l’indignation, soit l’expression du « mal » en ce monde, et le faire ainsi prospérer en dépit des meilleures intentions du monde.

Or, il m’a été reproché de ne pas être moi-même équanime en véhiculant des opinions qui sont en phase avec les thèses des indignés et des révoltés taxés aujourd’hui de « complotistes » par les adeptes de la pensée unique.

Il est vrai que je porte un regard critique sur cette supercherie mondiale qui nous est imposée. Selon moi, elle porte gravement atteinte aux libertés fondamentales et relève d’une instrumentalisation politique destinée à servir les intérêts d’une pseudo-élite composée de gens influents car richissimes (qui sont comme les marionnettistes dont les marionnettes dont ils tirent les ficelles sont les médias mainstream dévoyés, les médecins vendus à Big Pharma et les politiciens corrompus).

Cependant, le fait de prendre position de ce cette manière en faisant valoir mon opinion, ne s’oppose absolument pas à l’équanimité, car celle-ci n’est aucunement synonyme de la notion de « neutralité d’opinion » qui impliquerait de ne prendre aucunement parti dans le contexte actuel.

L’équanimité est en effet sans rapport aucun avec la neutralité d’opinion ; elle concerne la stabilité (ou l’équilibre) de la conscience dont la paix n’est pas altérée par l’action. Ainsi, tout comme il est possible de prendre position à partir d’un sentiment de révolte ou d’indignation, il est possible de le faire à partir d’une conscience équanime. D’un point de vue extérieur, l’opinion partagée est identique dans les deux cas, mais la tonalité intérieure de celui ou celle qui l’émet, est par contre très différente.

Cette différence de positionnement peut s’expliquer ainsi : l’individu indigné ou révolté est émotionnellement sous l’influence des impulsions de l’ego (réagissant à partir de ses conditionnements, de ses blessures, de ses croyances), alors que le rebelle dont l’esprit est équanime agit à partir de l’espace de tranquillité inhérent à Présence de l’Être, dans un état d’être où l’ego et ses intérêts strictement personnels sont absents. C’est toute la différence entre l’action intéressée et l’action juste, fondamentalement désintéressée ; c’est toute la différence entre l’action non-agissante, celle qui s’inscrit dans la Voie du juste Milieu, et l’action égotique ne dépassant jamais le cadre mental de la dualité du « bien » et du « mal ».

En ce qui me concerne, je ne suis pas un « tiède » au sens au Jésus l’entendait. Je suis animé par un esprit de justice (et de justesse) et ma nature extravertie me pousse à mettre en lumière ce que j’apparente à des manipulations et des injustices. Partisan de la Voie du Milieu, j’évite de me placer dans aucun des camps qui s’opposent. La seule chose à laquelle j’aspire est de servir le Divin en moi, cherchant à privilégier l’action juste, c’est-à-dire celle qui est appropriée au Tout, dans le détachement également des conséquences de cette action.

Il est donc naturel pour moi de m’exprimer dans le contexte actuel, en cherchant à être le plus équanime possible. Ainsi, j’exprime mes idées, je partage mon opinion, je dénonce les injustices et les manipulations, je pose un regard critique en faisant preuve de discernement, mais en évitant autant que possible de le faire sur la base d’impulsions qui seraient celles d’un ego réagissant à partir des sentiments d’injustice, de trahison ou d’impuissance.

Dans l’optique d’une démarche qui s’inscrit dans la justesse de cette Voie dite du Milieu (milieu… car transcendant l’opposition des camps du « bien » et du « mal »), l’important n’est pas tant ce que l’on fait, mais l’état de conscience qui est le nôtre lorsqu’on le fait. Ainsi, celui qui milite et prend position à partir d’une conscience équanime serait aussi « juste » dans sa démarche que celui qui renoncerait à prendre position parce que cette absence d’action s’imposerait à partir de l’équanimité également.

En d’autres termes, l’important n’est pas ce que l’on fait, mais la tonalité intérieure qui est la nôtre lorsqu’on le fait. Être physiquement et mentalement passif, ou au contraire actif, peut être juste dans les deux cas selon les circonstances. Rien ne permet d’en juger extérieurement ! Seul le positionnement intérieur qui préside à l’action permet de déterminer si celle-ci s’inscrit dans la dualité ou dans l’unité.

Ceci étant dit, puisqu’il est important pour moi d’exprimer mon ressenti par rapport à la crise que nous traversons, voici un résumé de ma vision des choses, sous forme de questions-réponses. Si les premières questions permettent de mieux comprendre la nature de la manipulation dont la population mondiale est victime, c’est surtout les dernières questions qui sont les plus essentielles, car l’important n’est pas tant de comprendre ce qui se trame, mais de comprendre quel est le juste positionnement intérieur à adopter face aux événements si l’on veut véritablement se donner une chance d’avoir un impact réel sur ce qui se passe.  

Il s’agit d’une vaste supercherie mondiale. Je ne nie bien évidemment pas l’existence de ce nouveau coronavirus nommé SARS-CoV-2, mais je dénonce l’instrumentalisation politique qui en est faite et qui sert les intérêts d’une caste d’individus influents et puissants dont le plan est d’instaurer une dictature planétaire portant le nom de « Nouvel Ordre mondial ».

Si l’on veut aller plus loin dans la théorie du complot, il y a des raisons de croire que le SARS-CoV-2 a été élaboré dans un laboratoire chinois dans le but de produire cette pandémie. Si cette hypothèse est avérée, on pourrait alors se demander à qui profite le crime. De toute évidence, cela profiterait aux partisans du Nouvel Ordre mondial, pour lesquels cette pandémie représente une « fenêtre d’opportunité », pour reprendre l’expression de Klaus Schwab, le fondateur du forum économique de Davis en Suisse (je renvoie les lecteurs à son édifiant – et terrifiant – ouvrage « Covid-19 : la Grand Réinitialisation« ).

Quand je parle de « Nouvel Ordre mondial », il faut penser à un monde régi par l’intelligence artificielle, le « tout numérique », où chaque individu est contrôlé, où les désirs sont influencés, orientés à des fins de consommation, et où l’hégémonie du système totalitaire est entretenue en faisant la guerre à tout qui sort du cadre de la pensée unique. C’est un monde où la vie intérieure, spirituelle, le contact avec la nature et avec les autres, ainsi que la liberté de déplacement et d’expression,  sont sacrifiés sur l’autel du conformisme, de l’égalitarisme, du progressisme et du transhumanisme.

« On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l’on n’admet pas d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure. » Georges Bernanos

« Instrumentalisation » veut justement dire que la pandémie est utilisée, qu’elle sert les intérêts de l’élite mondialiste.

On voit que la dictature sanitaire… euh la crise sanitaire… pardon, exacerbe les tensions sociales, ce qui fait les affaires du sommet de la pyramide, dans l’optique du fameux « diviser pour mieux régner ». On peut imaginer également qu’elle permet de rendre le peuple plus malléable et suggestible, comme l’explique bien la théorie de la « stratégie du choc », cela, pour mieux faire passer des lois et mesures restrictives des libertés – illégalement et anti-démocratiquement, soit dit en passant –, justifiées par un soi-disant « état d’urgence » et sous couvert de santé publique, alors qu’ils se fichent éperdument de la santé des gens.

Enfin, le fait qu’il s’agisse d’une pandémie et que toute la planète soit touchée, peut justifier la mise en place d’une gestion mondiale et faire ainsi le jeu du « Nouvel Ordre mondial ». On se souviendra à ce titre des propos de Jacques Attali, grand partisan d’un gouvernement mondial.

D’ailleurs, si l’on veut aller un peu plus loin, la vaccination qui se profile à l’horizon à grande échelle pourrait servir les intérêts des gouvernements ralliés au Nouvel Ordre mondial, dans la mesure où elle pourrait leur permettre un traçage et donc un meilleur contrôle des individus (nanoparticules sous-cutanées , certificat biométrique, passeport vaccinal ou immunitaire, etc.). 

C’est bien sûr ce qu’on veut nous faire croire. Mais en vérité, il y bien d’autres solutions, comme des traitements ayant fait leurs preuves et dont le rapport bénéfice-risque est sans nulle doute meilleur que celui des vaccins produits à la hâte, sans le principe élémentaire de précaution qui imposerait plusieurs années d’expérimentations pour s’assurer qu’il n’y ait pas d’effets secondaires pire que la Covid-19 elle-même.

Certains médecins et scientifiques osent même parler à ce titre de « scandale sanitaire » sans précédent dans l’histoire de l’humanité, précisément à cause du fait que des traitements efficaces et peu onéreux ont été évincés par les gouvernements pour se concentrer exclusivement sur la vaccination, ce qui aurait permis de sauver des vies, il faut quand même le préciser car c’est bien cela qui justifie pleinement l’usage du mot « scandale » ! On se souviendra également à ce propos du scandale du « Lancet », qui aura fait perdre beaucoup de crédibilité à cette revue scientifique prestigieuse. 

L’obstination de la majorité des gouvernements à n’entrevoir QUE la vaccination comme remède pour sortir de cette crise – alors que d’autres traitements efficaces ont déjà fait leurs preuves, contrairement à la vaccination -, est selon moi l’indice le plus flagrant qu’il y a une réelle instrumentalisation politique de cette crise, en vue de l’instauration d’une gouvernance mondiale. 

Le fait que seulement 1% des gens contaminés meurent de la Covid-19 (statistique qui est en plus « gonflée » en comptabilisant également les personnes décédées AVEC la Covid-19 en plus de celles qui sont mortes DE la Covid-19…) démontre bien que toutes les mesures liberticides imposées aux populations sont totalement disproportionnées et qu’elles servent des intérêts qui s’opposent au bonheur et à la prospérité du collectif humain, j’en veux pour preuve les dégâts collatéraux de ces mesures sur le plan psychologique, dont les conséquences seront bien plus dramatiques que les effets du virus lui-même, à court, moyen et long termes.

Pour revenir à la vaccination, j’ai le sentiment qu’elle sera présentée comme la condition sine qua non au retour à la « normale » et que les gens seront d’autant plus prompts à accepter cette vaccination qu’elle leur permettra de recouvrer leurs libertés (« conditionnelles ») et aussi d’échapper au sentiment de la peur induit pendant des mois par les gouvernements et les médias qui leur sont inféodés.

C’est ce qu’ils seraient censés faire, mais on en est bien loin ! La démocratie est une douce illusion, non seulement parce que l’information qui doit permettre au peuple de décider en toute connaissance de cause, est « trafiquée », mais aussi et surtout parce que les chefs de gouvernement se fichent royalement du sort du peuple. Ces individus sont avides de pouvoir et ne servent que leur propres intérêts ou ceux de leurs maîtres. Dépourvus d’empathie et de capacité à se remettre en question, ils sont pour la majorité d’entre eux atteints de psychopathie.

Dans ces conditions, comment voulez-vous qu’ils se soucient réellement du bien-être des gens ? Ont-ils eu le moindre scrupule à sacrifier tout un pan de l’économie et à mettre en situation précaire des millions d’individus en imposant les mesures liberticides déjà évoquées, pour protéger une minorité d’individus vulnérables (cherchez l’erreur !) ? Autrement, ils auraient pris en considération ces fameux dégâts collatéraux dans la balance bénéfice-risque. Bien sûr, ils jouent les altruistes, se font passer pour des gens bien sous tout rapports. Mais ce sont des hypocrites. Ce n’est que de la « politique spectacle » pour faire illusion ; un jeu d’acteur auquel ils sont très forts, en excellents manipulateurs-séducteurs qu’ils sont !

Cependant, à moins qu’ils soient placés dans une position de dictateur – comme ce fut le cas de Kadhafi par exemple –, le pouvoir des chefs de gouvernement n’est pas total. S’ils sont ralliés au plan du Nouvel Ordre mondial, alors vous pouvez être sûr qu’ils servent les intérêts de l’élite dont j’ai parlé. Avez-vous déjà entendu parler du lobbying ? Les lobbies sont très puissants. Ils défendent les intérêts des grandes multinationales, des banques, des fondations, des ONG, etc. Et si vous remontez à la source de toutes ces organisations, vous retrouvez cette élite ! Comme le disent les américains : « follow the money« , si vous voulez savoir qui tire les ficelles dans toute cette affaire… 

C’est une évidence et cette élite occulte se sent si puissante qu’elle ne se cache même plus et dévoile désormais ses plans au grand jour. Ceci dit, je ne pense pas que leur domination soit actuellement totale, mais ils y travaillent d’arrache-pied via l’instauration de « leur » Nouvel Ordre mondial.

Toutefois, les concernant je parlerais plutôt d’une « pseudo-élite » ou d’une élite « inversée », celle qui a pris la place de l’Élite véritable et qui en usurpe la fonction depuis des siècles. Les gouvernements, de même que les grands médias ou les scientifiques et médecins liés à Big Pharma, ne sont que les « marionnettes » (ou les exécutants si vous préférez) dans cette histoire. Les vrais donneurs d’ordre, ce sont les « marionnettistes » qui forment cette pseudo-élite. Ceux-ci, qui sont moins exposés médiatiquement (encore que, pour certains…) que leurs « marionnettes », sont des individus richissimes et très puissants par leur statut familial et leurs réseaux d’influence. Bill Gates en fait partie, et via sa Fondation, son projet de faire vacciner 7 milliards d’êtres humains (source) devrait nous mettre la « puce » à l’oreille, sans mauvais jeu de mots.

Ah… la fameuse théorie du complot ! C’est très à la mode depuis quelque temps, tant chez ceux qui se plaisent à les propager sous n’importe quelle forme (discréditant les complotistes sérieux et faisant par là le jeu de l’élite) que chez ceux qui les dénoncent comme autant de fake news, expression devenue elle aussi très à la mode.

J’ai lu un jour qu’il y a deux erreurs fondamentales au sujet de la « théorie du complot ». La première c’est de voir des complots partout, et la seconde, c’est de croire qu’ils n’existent pas. C’est très juste ! Les complots ont toujours existé. Paraît-il que J. Edgar Hoover, directeur du FBI pendant près de 50 ans (quand même !), aurait dit que « l’individu est handicapé en se retrouvant face à une conspiration si monstrueuse, qu’il ne peut croire qu’elle existe. » Et on peut difficilement contester le fait qu’il était bien placé pour savoir très exactement de quoi il parlait…

Ceci dit, pour cette histoire de « puce », il n’y a aucun complot puisque tout est révélé publiquement à propos d’un « carnet de vaccination sous-cutané » et d’un « certificat biométrique ». Cela est confirmé dans cet article du journal Le Monde, auquel on ne peut de toute évidence pas prêter des intentions complotistes et ce d’autant plus qu’il est financé par la Fondation Bill et Melinda Gates. D’ailleurs, le 26 mars 2020, l’entreprise Microsoft (fondée par Bill Gates, encore lui) a breveté une technologie qu’il sera possible de connecter à l’être humain en lien avec l’usage de la crypto-monnaie et dont le numéro de publication est porteur des chiffres 060606. La marque de la bête dont parle l’Apocalypse de Jean, n’est peut-être plus très loin !… 

Et il fait que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et obligés, reçoivent une marque dans leur main droite ou dans leur front: et que nul ne puisse acheter ou vendre, sauf celui qui avait la marque, ou le nom de la bête, ou le numéro de son nom. Voici la sagesse. Que celui qui a l’intelligence compte le nombre de la bête, car c’est le nombre d’un homme; et son nombre est de six cent soixante-six. » Apocalypse 13:16-18 

En plus d’avoir accès à des informations intimes, injecter de la technologie dans un organisme humain n’est pas sans conséquence sur le plan de la santé. Les possibilités de contrôle de l’être humain grâce aux substances chimiques ou ondes qu’elle pourrait libérer dans son organisme, ne relèvent pas de la science-fiction. En effet, il n’est pas irréaliste de penser que, pour parvenir à instaurer son fameux Nouvel Ordre mondial, l’élite inversée de l’humanité ait un intérêt à ce que les humains soient ainsi « pucés », tracés et manipulés à distance par des ondes. Si vous avez la possibilité de modifier les ondes ainsi que la chimie du sang, vous avez ainsi la possibilité d’influencer la psyché humaine. Et avec la 5G dont l’installation se propage à la vitesse grand V, je vous laisse tirer vos propres conclusions !

Je sais que tout cela peut paraître délirant, mais ça ne serait pas la première fois dans l’histoire de l’humanité que la réalité dépasse la fiction, pour le pire plutôt que le meilleur…

Le pire c’est que c’est exactement de cela dont il s’agit. Les gens de cet acabit sont persuadés de « faire le bien », d’être des humanistes, des philanthropes allant même carrément à se prendre pour des Messies pour certains d’entre eux. Mais comme le dit bien l’expression, l’enfer est pavé de bonnes intentions, et ce d’autant plus lorsqu’elles sont motivées par un enrichissement personnel !… Comme l’a dit le Christ, on ne peut servir deux Maîtres à la fois. Soit on sert Dieu, soit on sert ses propres intérêts, ceux de l’ego !

Il faut considérer que l’inversion des valeurs est très caractéristique de la période apocalyptique que nous traversons. Saint-Paul disait : « quand je désire faire le bien, je suis attaché au mal« . Faire le bien, par intérêt personnel, revient à faire le mal, et c’est là tout le cœur du problème car ces gens-là, en agissant sur la base de croyances purement mentales sur ce qui est « bien » et ce qui est « mal », créent un profond décalage avec l’ordre naturel des choses, c’est-à-dire avec les lois universelles qui président à l’ordre, à l’équilibre et à l’harmonie au sein du Vivant. La conséquence naturelle de ce déséquilibre est la souffrance de l’âme, qu’ils chercheront à éliminer à partir des mêmes aspirations à « faire le bien », dans une fuite en avant prenant la forme d’une spirale infernale dont l’issue ne pourra être que fatale pour la civilisation qui fonctionne sur la base d’un tel paradigme. Ce sera l’auto-destruction, inévitablement…

Pour aborder cette problématique, il faut prendre un peu de hauteur pour s’apercevoir qu’on prend le problème par le mauvais côté. Dans la logique pasteurienne sur laquelle est fondée toute l’idéologie vaccinale et plus globalement tout le paradigme du système pharmaco-médical actuel, on focalise toute l’attention sur l’agent pathogène ou le symptôme, oubliant que la santé est avant tout une question de terrain biologique, d’immunité ! Comme l’aurait dit Claude Bernard : « le microbe n’est rien, c’est le terrain qui est tout, Pasteur est fou ! ». La vaccination va tout-à-fait dans le sens de ce système pharmaco-médical, qui n’a aucun intérêt à informer les gens sur les causes réelles des maladies, puisque rétablir les véritables fondements de la médecine antique d’Hippocrate engendrerait des pertes financières colossales et la probable banqueroute de ce système.

Avec la vaccination de masse, on intoxique des gens bien-portants sous prétexte qu’il faut protéger les plus faibles (en ne manquant jamais une occasion de culpabiliser les réfractaires…), sans se soucier de la cause réelle de la santé déficiente de ces personnes, qui se situe le plus souvent au niveau de leur mode de vie (que très peu sont réellement prêts à changer…). Bien sûr, il y a des personnes qui n’y peuvent absolument rien car leur immunité est génétiquement déficiente au départ. Mais protéger ces personnes par la vaccination (et encore faudrait-il qu’elle soit 100% efficace, ce qui n’est absolument pas le cas…) de 7 milliards d’êtres humains, est-il fondé compte tenu des effets secondaires produits par la vaccination (dont certains en meurent, il ne faudrait tout de même pas l’oublier…) ? Qui tient compte de la balance bénéfice-risque dans ce calcul ? En tous cas pas le « système de santé », dont les conflits d’intérêts sont évidents !…

Exactement, et ça va même plus loin que cela. Le « Système » global (dont le système pharmaco-médical est un sous-système) ne veut pas que l’individu guérisse et devienne libre, qu’il s’éveille spirituellement. Il veut le maintenir dans un état de dépendance et d’esclavage, et pour cela il doit l’intoxiquer et l’affaiblir.

C’est en fait très simple à comprendre : un individu spirituellement « éveillé » trouve son bonheur dans la simplicité du moment présent. Il est de ce fait libéré des désirs qui auparavant l’incitaient à consommer des choses dont il n’avait pas vraiment besoin mais dont il se servait pour obtenir compensation. Or, si la recherche du plaisir conditionné, qui est le fondement même de la culture hédoniste sur la base duquel prospère le « Système », n’existe plus chez un « éveillé », il est très facile de comprendre que cela mènerait rapidement à un effondrement de la consommation, donc à la banqueroute totale du « Système ». 

Pour revenir à la question de la santé, le fait que les « marionnettes » dont j’ai parlé plus haut, soit les médias, les gouvernements et les scientifiques et médecins inféodés à Big Pharma, NE PARLENT JAMAIS de l’importance du terrain et plus précisément de l’immunité, tend à prouver cette sombre stratégie qui consiste à intoxiquer et affaiblir la nature humaine. Le bon sens voudrait que ceux qui ont le pouvoir d’atteindre la population par médias interposés (chaînes télévisées, internet, journaux), lui expliquent comment renforcer son immunité avec des mesures qui pour la plupart ne coûtent rien ou pas grande chose. Mais évidemment, il y aurait conflit d’intérêt entre les marionnettes et l’élite qui en tire les ficelles.

Je rappelle à ce propos que le virus n’est pas la cause de la maladie, mais son facteur déclenchant. La cause, c’est la déficience de l’immunité, causée dans la majorité des cas par une inflammation du terrain biologique, elle-même produite par la présence en excès de radicaux libres. Et si l’on s’intéresse aux causes de ces radicaux libres excédentaires, on en arrive toujours aux habitudes de vie du malade, incluant son mode de pensée et son mode alimentaire en premier lieu. Pour en revenir à Hippocrate, n’aurait-il pas dit que « les maladies ne sont que les conséquences de nos habitudes de vie » ?

Oui, mais indirectement, dans le sens où il nous rend dépendant d’un mode de vie qui est antinaturelle.

En effet, à moins de vivre clandestinement en autarcie dans la nature, nous dépendons actuellement totalement du « Système » pour survivre.  Le mode de vie de l’homme moderne est donc totalement sous l’influence de ce « Système », dont font partie les banques, l’industrie agro-alimentaire, toute l’industrie du divertissement et bien sûr Big Pharma. Et qui trouve-t-on à la tête de tout cela ? Cette pseudo-élite, pardi ! C’est le « pompier-pyromane » qui détruit l’immunité et qui vient ensuite apporter ses faux remèdes qui apportent un soulagement localisé, mais qui détruisent encore davantage l’immunité dans une spirale infernale, rendant l’être humain toujours plus faible, donc toujours plus influençable, manipulable.

Et la tendance n’est pas prête à s’infléchir si l’on considère cette abomination qu’est le transhumanisme. Présenté comme un « progrès », cette pseudo-science est censée améliorer les conditions de vie de l’être humain, le rendre plus performant, le faire vivre plus longtemps, tout cela pour éviter la souffrance et maximiser le plaisir, sur la base des valeurs hédonistes sur lesquelles est construit le monde moderne. Cette dérive sert là aussi parfaitement les intérêts du « Système », dont le sombre plan est d’aller jusqu’au point où l’être humain n’aura plus aucune possibilité de maîtriser sa propre conscience. Devenu entièrement robotique, sa mise en esclavage sera alors totale, sans plus aucune possibilité d’Éveil spirituel, celui-ci étant plus la grande menace à la suprématie du « Système » et de la pseudo-élite qui en tire les ficelles. Dans une inversion totale des valeurs, ce qu’on nous présente donc comme un « progrès » est la pire chose qui puisse arriver à l’humanité. Et la 5G et la vaccination généralisée font également partie de ce funeste plan…

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme…  » (Rabelais)

C’est vrai que c’est triste et déprimant à certains égards. Mais il ne faut toutefois pas considérer l’humanité comme une victime impuissante de cette pseudo-élite constituée de « psychopathes » qui la mènent dans la mauvaise direction pour servir ses seuls intérêts.

L’humanité est souveraine et maîtresse de son destin. La possibilité de l’Éveil spirituel est offerte à l’être humain et fort heureusement il n’est pas encore trop tard pour qu’il en profite. Tant qu’il restera maître de sa conscience, il lui sera toujours possible de sortir de la caverne des illusions ! C’est LA clé pour réformer le « Système » car celui-ci ne peut changer que si l’être humain se donne les moyens de « soigner le mal » à la racine, c’est-à-dire en lui-même, en renonçant à toutes ses mauvaises habitudes de vie, celles qui permettent au « Système » actuel de prospérer et de gagner chaque jour un peu plus de terrain.

C’est une révolution silencieuse qu’il convient d’opérer, une conversion intérieure grâce à laquelle l’attention est mise sur l’instant présent et sur ce qui participe vraiment à l’éveil de l’âme, à sa guérison, à son épanouissement. Cela implique de réformer le quotidien, changer les habitudes de vie, consommer moins et différemment. L’être humain a un immense pouvoir lorsqu’il prend vraiment ses responsabilités de créateur souverain et conscient…

En résumé, soit l’humanité se maintient dans la soumission ou se révolte et s’acheminera dans un cas comme dans l’autre vers ce Nouvel Ordre mondial qui sera plutôt un « chaos mondial », soit elle choisit une troisième voie, la Voie du Milieu, et pourra alors envisager la possibilité de voir émerger une Nouvelle Terre.

Peut-être pas les 7 ou 8 milliards d’individus qui peuplent notre planète, mais je veux croire qu’il suffirait qu’une masse critique déploie des efforts en ce sens pour que les choses commencent vraiment à bouger.

Ce sont toutes les personnes qui ont compris en quoi la « Voie du Milieu » est la seule qui puisse véritablement transmuter notre monde intérieur et, par voie de conséquence, le monde extérieur. Ce sont celles et ceux qui ont compris qu’il faut d’abord se sauver soi-même avant de vouloir sauver le monde. Ce sont celles et ceux qui ont compris le sens profond de cette phrase de Gandhi : « soyez le changement que vous voulez voir dans le monde », et qui bien sûr se donnent les moyens de mettre cette philosophie en application dans leur vie de tous les jours, par la recherche de l’équanimité en toutes circonstances sur le plan de la conscience, et par les gestes, les paroles et les actes inspirés qui en découlent sur le plan physique. Nous vivons dans un univers vibratoire où « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas », et où on ne peut donc pas créer l’harmonie à l’extérieur si elle fait défaut à l’intérieur de soi.

C’est la raison pour laquelle, si je comprends les lanceurs d’alerte et l’indignation et la révolte de ceux qui marchent dans leur sillage, je préfère ne pas soutenir ce « camp » -là, puisque vibratoirement, en dépit de belles et nobles intentions, ils font selon moi partie du problème et ne font que le renforcer (de par leur positionnement intérieur précisément).

Il y a toujours eu des révoltés, des révolutionnaires dans l’âme, au cours des derniers siècles. Ne devrait-on pas se demander pourquoi la situation est de pire en pire en dépit de toute l’énergie déployée pour faire changer les choses ? Eh bien c’est simplement parce que « faire le bien » à partir de l’ego ne fait que renforcer le « mal ». Et quand je parle de l’ego, je veux simplement parler des croyances, des conditionnements, des intentions personnelles derrière lesquelles il y a toujours un intérêt personnel, même bien caché derrière des apparences humanistes et altruistes.

Si l’on veut vaincre une fois pour toute le « mal », il convient donc de changer complètement de paradigme, en renonçant à la dualité inhérente à l’ego, pour s’engager sur la « Voie du Milieu ». Encore une fois, tout est question de vibration, de tonalité intérieure…

Ce que je vais vous dire va sûrement vous surprendre, mais ils servent les intérêts de la pseudo-élite, même si certains d’entre-eux sont réellement sincères dans leur démarche.

Face aux informations qu’ils transmettent, qu’elles soient vraies ou fausses, de plus en plus de gens se réveillent et commencent à se rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond dans ce « Système ». Cependant, cet aspect en apparence positif comporte aussi un grand piège qui est précisément souhaité par la pseudo-élite : induire la révolte et l’indignation pour maintenir en place l’ego, car vibratoirement, l’énergie de l’ego renforce la dualité et donc aussi le « mal » en tant qu’aspect de cette dualité. Ainsi, la pseudo-élite a tout intérêt à ce que des scandales éclatent et que la psyché humaine s’en trouve choquée, affolée ou indignée.

À ceci, on pourrait rétorquer que la censure des lanceurs d’alerte prouverait qu’ils représentent une réelle menace pour la pseudo-élite. C’est ce qu’ils cherchent à nous faire croire, mais cela fait partie de la pièce de théâtre. Le fait que leur plan soit révélé, comme la censure de ceux qui font ces révélations, fait parfaitement leur affaire dans la mesure où tout cela suscite encore plus de révolte et d’indignation.

Tout cela est un grand jeu de dupe dont ils sont les illusionnistes et dans lequel vous êtes perdant, quoi que vous fassiez, disiez ou pensiez. Ils sont les marionnettistes de la caverne de Platon, qui projettent les ombres sur ses murs, ces ombres qui font réagir les prisonniers et captivent leur attention afin de la détourner de l’essentiel et de les maintenir ainsi dans l’illusion. Cela veut donc dire que même si l’on connaît la vérité sur la nature des marionnettistes, de leurs sombres desseins et de leurs sordides agissements, du moment où l’on est en réaction d’une manière ou d’une autre à partir de l’ego, on est encore et toujours pris au piège de la caverne et de ses illusions.

La seule façon de ne plus se faire avoir est de sortir de la dualité symbolisée par la caverne des illusions de Platon, en transcendant l’ego !
Et cela n’est possible qu’en positionnant la conscience dans l’équanimité.

Citation à méditer :

"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux."

Benjamin Franklin

Au sujet de l’équanimité et de la Voie du Milieu

Les deux vidéos ci-dessous ont été réalisées pour aider à comprendre l’importance de l’équanimité en tant que clé fondamentale de conversion intérieure et de salut spirituel. Il faut comprendre que toute volonté de changer le Système ne peut être couronnée de succès tant et aussi longtemps que l’ego restera en place. Comme le disent les Sages depuis des millénaires, avant de vouloir sauver le monde, il faut d’abord commencer par se sauver soi-même ! 

C’est une Quête alchimique qu’il convient d’accomplir et celle-ci implique l’effort de concentration de l’attention grâce auquel la conscience se positionne dans l’équanimité. Aucun salut, aucun éveil, aucune libération de l’ego n’est possible sans ce travail intérieur sur soi-même. Si l’on veut un jour voir la paix et l’harmonie dans le monde, il faut d’abord la créer en soi-même… et pour cela, il faut s’efforcer de renoncer au fonctionnement de l’ego pour rendre l’âme perméable à la Lumière spirituelle. Il n’y a qu’ainsi que l’âme peut être transmutée, s’éveiller et avoir un impact vibratoire réellement transformateur sur la réalité extérieure. 

Dernière mise à jour : 18.05.2021

Cet article a 5 commentaires

  1. Hug

    Suis en phase avec cette analyse.
    Comment réveiller le plus de consciences a cet état de fait. Comment passer le nombre critique pour faire cette révolution ?

    1. Bonjour Hug, et merci pour votre contribution à cet article.
      Pour vous répondre, je pense qu’il y a deux possibilités pour que le réveil ait lieu et pour qu’on atteigne cette masse critique :
      1) Informer, parler de la Voie du Milieu ! Les gens doivent savoir qu’il y a cette troisième voie qui s’inscrit au-delà des deux voies majoritairement empruntées aujourd’hui, soit celles de la soumission ou de la révolte/indignation.
      2) Vivre cette Voie, en cherchant l’équanimité le plus souvent possible, car le changement commence par soi-même, c’est vibratoire.
      Bien à vous,
      Frédéric

  2. Aurore

    Bonjour Frédéric,

    Remarquable cet article, la situation est bien décrite et pour la solution proposée, elle mérite d’être connue. Je vais transmettre le message. Par votre démarche, vous faites partie de ceux qui aide et protège l’humanité.
    Aurore

  3. Marie CLEMENT

    Merci Frédéric,

    En totale résonnance avec ce que vous déployez dans cet article.
    Une certaine équanimité apparaît lorsque nous sortons de « devoir » opérer le choix de soutenir ou récuser telle ou telle action, parce que se révèle en chacune d’elle les mêmes composantes dualistes.
    En étant l’observateur attentif de cette vaste manipulation des élites qui n’est que la partie visible de l’immense iceberg de pouvoir imposé par des égo prédateurs, « Cela » nous permet d’en « Voir » ses fondations invisibles cachées à l’intérieur de nous-mêmes. Et là, seulement là, se situe notre terrain d’action.
    De cette capacité à accueillir et Accepter « Ce » qui est « Vu » en son intériorité en parvenant à le transcender, dépendra notre position d’être en ou hors de l’œil de ce cyclone qui sonne le glas des apparences trompeuses auxquelles, il faut bien l’avouer, nous avions peu ou prou consenti par habitude ou commodité.

  4. Brigitte CAROL

    Bonjour Frédéric.
    Pas de commentaires supplémentaires à ce qui a été écrit, et bien écrit…
    S’il est plus facile de comprendre ce que la pandémie met en jeu, et quelle doit être notre attitude, si nous sommes déjà sur un chemin d’éveil, je n’ai pas le sentiment qu’il y ait beaucoup de brassage d’idées qui vont dans le sens de la positivité, chez ceux qui ne cultivent que la peur, bien entretenue par ceux qui nous représentent. (Pas de hasard, n’est-ce pas ?)

    Il conviendrait toutefois d’arrêter de parler de « vaccin » pour nommer une thérapie génique qui n’est pas un vaccin.
    Le mot « vaccin » rassure… (Merci Pasteur !). Les mots « thérapie génique » peuvent faire réfléchir…et encore, pour en avoir parlé à de futurs « vaccinés », j’en doute fortement…
    Nous finirons par détruire les statues de Pasteur pour faire des stèles à la gloire d’Hippocrate, mais, en attendant…il n’y a qu’à suivre tes conseils…
    Bien à toi.
    Brigitte.

Laisser un commentaire