Science et spiritualité

La planète serait beaucoup trop peuplée à en croire certains analystes du climat. À mon sens, on prend le problème à l’envers. Le vrai problème, ce n’est pas le nombre d’habitants sur terre, c’est leur mentalité et leurs habitudes de consommation.

Notre paradigme civilisationnel actuel est matérialiste, c’est à dire que l’être humain cherche son épanouissement, son salut, son bonheur, au travers du matériel.

Si l’on parvenait à changer de paradigme ou tout du moins y inclure la spiritualité, l’être humain pourrait trouver son bonheur, son épanouissement, son salut, dans cette dimension également. Il n’aurait plus besoin de consommer autant pour se sentir exister.

Il aurait moins besoin d’utiliser les ressources de la planètes (et celles des autres êtres) pour se réaliser et trouver du sens à sa vie. En conséquence, il polluerait moins…

Je prends en exemple la vie des authentiques « éveillés ». Sans se contraindre, ils vivent une vie très simple, dépensent peu, consomment peu. Ils trouvent leur bonheur et se réalisent dans la contemplation et le service essentiellement.

De mon point de vue, la solution pour sauver la planète passe selon moi par là : s’ouvrir à la spiritualité au lieu de tout miser sur le matériel.

Instaurer un pass énergétique, miser sur les voitures électriques, développer l’intelligence artificielle, les métaverses, stopper l’explosion démographique, tout ceci représente de fausses solutions dont le paradigme matérialiste a besoin pour subsister.

Changer de modèle économique, consommer d’autres types de biens, au mieux cela retardera l’échéance ! Ne soyons pas hypocrites, consommer pollue, et l’ère du numérique en est la preuve flagrante : les data centers consomment énormément en ressources ; ils polluent énormément.

Changer le mode de consommation n’aura aucun impact sur la planète si l’être humain ne se change pas lui-même en profondeur d’abord ou au moins en parallèle, grâce à une conversion intérieure radicale, une métanoïa…

« Le XXIème siècle sera spirituel, ou ne sera pas. »

On ne peut affirmer que Dieu n’est pas réel si on ne définit pas d’abord ce Dieu dont nie la réalité. En ce qui me concerne, je propose cette définition :

Dieu est esprit, conscience, et il n’est nullement séparé de la matière qu’il contient et interpénètre, partout et en chaque instant.

En réalisant cela, non pas mentalement mais spirituellement, je comprends que l’affirmation selon laquelle Dieu n’est pas réel ne peut être que le fruit d’une croyance, d’une impression de séparation ou simplement de l’ignorance.

Mais cette réalisation est subjective, je ne peux pas la faire vivre à autrui ni lui faire ressentir l’état émotionnel qui en découle. Partant de là, libre à chacun d’y croire parce que cette définition lui plaît, ou de ne pas y croire parce qu’elle ébranle ses convictions.

Cela ne change rien au fait que je le réalise, que j’en tire une joie incommensurable, et que cette réalisation spirituelle a radicalement changé mon rapport à l’existence, sans être pour autant devenu fou.

Dans cet état d’être, l’élan naturel qui est le mien est de souhaiter que chaque être puisse le réaliser lui aussi, tout simplement parce que cela est bon à vivre.

Mais je n’ai aucune intention de vouloir convaincre. En revanche, je laisse à ceux qui affirment que j’affabule de prouver que la béatitude qui accompagne cette réalisation spirituelle, n’est pas réelle, et je leur souhaite bonne chance. 😊

(Ce thread est une fiction. J’ai imaginé quel pouvait être le rapport à Dieu d’un être spirituellement éveillé, de même que le vécu et le rapport aux autres qui en découle)

Comment pourrait-on prouver que Dieu (ou l’Esprit) est réel puisque cette réalisation spirituelle est subjective ? En revanche, les effets sur le corps et la psyché de cette réalisation peuvent être observés scientifiquement.

Mais même observés, mesurés et quantifiés par la méthode scientifique, ces effets ne constitueront jamais une preuve irréfutable de Dieu (ou de l’Esprit).

Les athées diront : ces effets sont produits par le cerveau, et ce sera vrai puisque on pourra établir un rapport de causalité entre l’état cérébral et l’état émotionnel/corporel.

L’éveillé dira que le cerveau reflète alors simplement Dieu (ou l’Esprit) auquel il est désormais identifié, et ce sera vrai aussi de son point de vue, bien qu’il ne puisse pas le prouver scientifiquement (ce qui ne lui pose aucun problème d’ailleurs).

C’est toute la différence entre le point de vue spirituel et le point de vue matérialiste.

Laisser un commentaire