Suis-je éveillé ?

Je sais pertinemment l’importance accordée au statut d' »éveillé » dans le petit monde particulier de la spiritualité contemporaine, où un individu se doit d’être perçu comme tel (« éveillé », donc…) s’il entend pouvoir susciter de l’intérêt autour de sa personne et être légitime dans sa fonction d’enseignant spirituel.

C’est ce qui incite sans doute certains enseignants à se prétendre « éveillés » alors qu’ils ne le sont pas véritablement. Cela leur permet de tirer toute sorte d’avantages sur le plan de l’individualité qu’ils n’ont de tout évidence pas encore transcendée, transcendance qui caractérise précisément ce qu’est un « éveillé » par rapport à l’individu lambda encore identifié à ses conditionnements mentaux et fonctionnant par conséquent la plus grande partie du temps en tant qu’ego.  

Afin d’être absolument sans équivoque sur cette question, non seulement par souci d’honnêteté envers vous mais aussi et surtout par amour pour la vérité, eh bien non, je ne le suis pas. Enfin, disons pour être tout à fait précis que je le suis sur un plan absolu (tout comme vous qui lisez ces lignes d’ailleurs…), mais que je ne le réalise pas sur le plan individuel de l’âme à laquelle je suis encore identité la plupart du temps.

Cette conscience permanente de l’Être en soi est précisément ce qui détermine le fait d’être un « Éveillé » ou « Libéré-Vivant », et il n’est pas possible ici de se mentir à soi-même à moins d’être atteint d’une sérieuse pathologie mentale qui consisterait à croire que l’ego est le Soi Lui-même, ce qui relève tout de même de l’égocentrisme poussé à son paroxysme quand on y pense !… 

Ce qui a changé grâce à ma démarche

Ma démarche se fonde sur l’intégrité, et de ce fait il est absolument inconcevable pour moi de me faire passer pour ce que je ne suis pas dans le seul but d’en tirer un quelconque avantage sur le plan égotique, trop conscient que ce serait là un obstacle de taille qui diminuerait d’autant plus mes chances de progresser sur la voie de l’Éveil, ce que je souhaite par-dessus tout et qui justifie pleinement à mes yeux cette démarche ainsi que les efforts que j’accomplis à cette fin. 

Si je n’ai aucun doute sur le fait que je ne suis pas Réalisé ou Libéré spirituellement, je suis en revanche certain d’être absolument passionné par la démarche qui mène à ce noble idéal et que le partage de mes prises de conscience, de mes expériences et de mes réalisations sur cette voie-là, fait partie intégrante de ce que je suis.

Aussi, ce dont je suis certain, c’est que ma démarche m’a permis, au fil des années, de rendre cette personnalité à laquelle je m’identifie encore, plus souple, plus fluide, plus authentique dans l’expression de ses énergies, de ses traits de caractère et de ses qualités. Grâce à mes pratiques, je me sens aujourd’hui bien davantage libre d’être moi-même, moins névrosé, moins en contrôle, moins en tension. Cette évolution est le résultat naturel d’une pratique spirituelle qui vise à transformer la personnalité, pour en libérer les blocages et faire de ses défauts des qualités. 

Le but est le chemin qui y mène

Si je ne suis pas « éveillé » au sens où l’entendent les traditions orientales notamment, il y a donc bien un « éveil » des énergies, un épanouissement de l’âme qui peut ainsi de mieux en mieux intégrer et rayonner la lumière spirituelle, celle du Soi divin que je suis (et que vous êtes aussi) en essence. 

Je suis engagé avec détermination sur cette voie alchimique de purification de la personnalité, pour en faire un prisme parfaitement pure à même d' »incarner » le Soi divin de manière parfaite. Même si l’être que je suis n’est pas encore « accompli » de ce point de vue, je suis en chemin et la dynamique de l’effort juste qui me permet d’y progresser m’apporte déjà tout ce dont j’ai besoin pour me sentir libre et heureux.

Jésus nous a demandé de « chercher premièrement le Royaume de Dieu et sa justice » afin que tout ce dont nous avons le plus besoin pour vivre l’épanouissement et l’éveil de notre nature véritable, puisse être obtenu ; c’est le cœur de ma démarche, et j’en mesure pleinement les bienfaits dans ma vie, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. 

Ayant recouvré la capacité à m’observer avec détachement, je peux à volonté établir ma conscience dans l’équanimité et me rendre ainsi réceptif à la lumière de mon Soi divin, avec la paix, le bien-être et la joie qui en découlent. Si cet état d’alignement synonyme d’ouverture et d’abandon doit encore être induit par un effort de maîtrise de l’attention, et que l’équanimité parfaite de la conscience n’est donc pas encore un état permanent, je peux donc le créer « sur commande ». Cette faculté m’apporte par conséquent beaucoup de confiance et d’enthousiasme, en plus de diminuer considérablement la charge de la peur que l’on peut ressentir face à l’avenir lorsque l’on n’est pas encore capable de trouver ce « refuge » en soi-même. 

Toutes ces réalisations sur la voie spirituelle m’ont permis de réaliser à quel point il est vrai que le but est le chemin qui y mène, car il est vrai que même si nous ne sommes pas encore pleinement éveillés et que nous avons encore des illusions à dépasser, nous pouvons à chaque instant faire l’expérience de l’ouverture, de la joie et de la paix. Et cela est merveilleux !…